• Bon mercredi !

    Ma pensée du jour:

    Mon poème

    Soleil couchant.

    Sur la mer, le soleil se couche.

    Ses reflets dorés sur l'onde

    Scintillent,et, se mêlant

    Aux flots bleutés

    Se noient dans les abîmes

    Pour illuminer les tréfonds

    Où s'éveillent les sirènes,

    Qui se parent

    Pour le grand bal de la nuit.

    Michelle


    13 commentaires
  • Bon mardi !

    Ma pensée du jour :

    Un poème et son auteur

    Ma participation à "Mardi poésie" chez Lady Marianne: http://www.ma-chienne-de-vie.com/ 

    L’ Amour et la Folie

    Jean de La Fontaine

    Tout est mystère dans l’amour,
    Ses flèches, son carquois, son flambeau, son enfance :
    Ce n’est pas l’ouvrage d’un jour
    Que d’épuiser cette science.
    Je ne prétends donc point tout expliquer ici :
    Mon but est seulement de dire, à ma manière,
    Comment l’aveugle que voici
    (C’est un dieu), comment, dis-je, il perdit la lumière,
    Quelle suite eut ce mal, qui peut-être est un bien ;
    J’en fais juge un amant, et ne décide rien.
    La Folie et l’Amour jouaient un jour ensemble :
    Celui-ci n’était pas encor privé des yeux.
    Une dispute vint : l’Amour veut qu’on assemble
    Là-dessus le conseil des dieux ;
    L’autre n’eut pas la patience ;
    Elle lui donne un coup si furieux,
    Qu’il en perd la clarté des cieux.
    Vénus en demande vengeance.
    Femme et mère, il suffit pour juger de ses cris :
    Les dieux en furent étourdis,
    Et Jupiter, et Némésis,
    Et les juges d’enfer, enfin toute la bande.
    Elle représenta l’énormité du cas :
    Son fils, sans un bâton, ne pouvait faire un pas :
    Nulle peine n’était pour ce crime assez grande :
    Le dommage devait être aussi réparé.
    Quand on eut bien considéré
    L’intérêt du public, celui de la partie,
    Le résultat enfin de la suprême cour
    Fut de condamner la Folie
    A servir de guide à l’Amour.


    13 commentaires
  • Bonne semaine à tous !

    Ma pensée du jour:

    Recette d'Alsace

    Baeckeoffe

    Baeckeoffe signifie « le four du boulanger ». Il s’agit d’un plat traditionnel, à base de viandes et de légumes marinés, que les ménagères confectionnaient avant d’aller aux champs et mettaient à cuire dans le four du boulanger, seul four du village à l’époque.

    Une recette très simple où l’essentiel est dans la qualité des produits utilisés.

    On confectionne le Baeckeoffe dans une terrine alsacienne spécialement prévue à cet effet.

    Ingrédients pour 4 personnes:

    • 4 belles carottes
    • 4 gousses d'ail
    • 1 litre de vin blanc d'Alsace ( riesling)
    • feuilles de laurier, clous de girofles et baies de genièvre pour la marinade
    • 2 petit poireau
    • 1 gros oignon
    • 400 grammes d'épaules d'agneau
    • 400 grammes d'épaule de porc
    • 200 grammes de pied ou queue de porc
    • 1,5 kg de pommes de terre
    • 400 grammes de jarret de bœuf

    Préparation

    La veille, couper les morceaux de viande en cubes, et émincer poireau et carottes. Préparer la marinade en mélangeant le vin blanc et les aromates. Faire mariner la viande et les légumes pendant une nuit au minimum au frais.

    Eplucher et couper les pommes de terre en lamelles. Préchauffer le four à 180°C.

    Disposer une couche de pommes de terre dans le fond de la terrine et recouvrir de viandes et légumes.

    Assaisonner de sel et poivre puis remettre une couche de pommes de terre. Mouiller à hauteur avec la marinade.

    Poser le couvercle et enfourner pour 3H30 à 4h00. Servir dès la sortie du four, avec un bon verre de Riesling.


    16 commentaires
  • Musique: Mon ange, Nolween Leroy

    Bon dimanche !

    Ma pensée du jour:

    Musique: Mon ange, Nolween Leroy

    Nolwenn Leroy- Mon ange


    7 commentaires
  • Deux peintres, deux tableaux !

    Ma pensée du jour:

    Deux peintres, deux tableaux !

    Ma participation au "Tableau du samedi" chez Lady Marianne:
    http://www.ma-chienne-de-vie.com/

    Aujourd'hui c’est 2 tableaux que je vous présente de 2 peintres différents qui ne le sont pas vraiment , vous allez comprendre pourquoi !

    Quelques barques, des promeneurs endimanchés, des arbres au bord de l’eau…
    Tout dans ce tableau d’Auguste Renoir montre le plaisir d’être à l’ombre par une chaude journée d’été.

    Deux peintres, deux tableaux !

    Pierre-Auguste Renoir, La Grenouillère, 1869, huile sur toile, 66 x 81 cm, Musée national de Suède, Stockholm

    Mais le peintre n’était manifestement pas seul : une seconde œuvre représente exactement le même sujet. Le cadrage, la lumière... tout ressemble comme deux gouttes d’eau à la toile de Renoir !
    L’auteur n’est autre que son camarade Claude Monet. Ce dernier serait-il un copieur ?

    Deux peintres, deux tableaux !

    Claude Monet, Le Bain à la Grenouillère, 1869, huile sur toile, 73 x 98 cm, Metropolitan Museum of Art, New York

    Pas du tout ! En réalité, les deux amis s’intéressent à la même chose : la manière dont la lumière se reflète sur l’eau. C’est ce phénomène fugace qu’ils tentent tous les deux de capturer dans leurs toiles respectives.

    Et à l’époque des deux artistes, en 1869, l’endroit rêvé pour peindre un tel sujet s’appelle la Grenouillère. Il s’agit d’un "café flottant" à la mode sur les bords de la Seine, près de Chatou. Les Parisiens viennent s'y mettre au vert, se baigner, et faire un tour en barque.

     


    12 commentaires