• Bon dimanche !

    La Route des Vins d’Alsace est célèbre dans le monde entier pour sa beauté naturelle exceptionnelle et pour l’accueil chaleureux fait aux visiteurs par les habitants et les vignerons. C’est particulièrement vrai en automne.

    Du printemps à l’automne, son vignoble déploie des couleurs chatoyantes, du vert tendre à l’orange profond. Véritable œuvre d’art, le vignoble alsacien est l’atout charme de la Route des Vins d’Alsace.

    La route des vins d'Alsace en automne

     


    10 commentaires
  • Bon week end !

    Après l’été, l’Alsace revêt des robes chatoyantes pour offrir des paysages aux couleurs rouge et or.

    Au début de l’automne, la saison des vendanges bat son plein en Alsace.

    En automne, la nature alsacienne donne lieu à un véritable festival de couleurs ! A pied, à vélo ou encore à cheval, pour profiter d’une balade en forêt pour admirer les teintes chatoyantes de la végétation. C’est également l’occasion idéale pour ramasser des champignons et remplir votre panier de délicieuses châtaignes.

    Plaisirs d'automne en Alsace


    13 commentaires
  • Bon vendredi !

    Cette nuit j'ai rêvé de cette douce et délicieuse chanson, "Deux petits chaussons de satin blanc" (les aînés sans souviennent peut être, interprétée par André Claveau, paroles de Jacques Larue, musique composée par Charlie Chaplin pour son dernier film "les feux de la rampe qui raconte l'histoire d'un vieux chanteur de music-hall à la retraite qui veut à tout prix aider une jeune danseuse de ballet à apprendre à évoluer et à danser en public sans difficultés.

    Je vous laisse lire ces merveilleuses et émouvantes paroles, qui moi, me font toujours pleurer !

    Écoutez cet air
    C'est l'histoire banale
    De ce ver de terre
    Amoureux d'une étoile
    Histoire d'enfant
    Qui souvent fait pleurer
    Les grands

    {Refrain:}
    Deux petits chaussons de satin blanc
    Sur le cœur d'un clown dansaient gaiement
    Ils tournaient, tournaient, tournaient, tournaient
    Tournaient toujours
    Plus ils tournaient, plus il souffrait du mal d'amour
    Deux petits chaussons et par dessus
    Les plus jolis yeux que l'on ait vus
    Sous de longs cheveux légers, légers
    Et qu'il était bien obligé d'aimer

    Le nez vermillon
    Le chapeau sur la tempe
    Comme un papillon
    Sous les feux de la rampe
    Le soir, il jouait
    Mais tandis que les gens
    Riaient ...

    {Refrain:}
    Deux petits chaussons de satin blanc
    Sur le cœur d'un clown dansaient gaiement
    Ils ont tourné, tourné, tourné qu'un soir d'été
    Le cœur du clown trop essoufflé s'est arrêté
    Deux petits chaussons de satin blanc
    Sur le cœur d'un clown dansaient gaiement
    À vingt ans, l'on ne sait pas toujours
    Que même un clown, ça peut mourir d'amour !

     


    17 commentaires
  • C'est l'automne !

    Bon jeudi !

    Parures d'automne

     

    Mon Poème d'automne


    14 commentaires
  • "Vous reprendrez bien une cuillère ?"

    Où l’on découvre des cuillères bien en jambes.

     

    Voilà une cuillère pas banale ! Elle est juchée sur deux jambes courtes et musclées.
    Ce curieux objet en bois a été créé par un sculpteur Dan, en Côte d’Ivoire. Et sa fonction est tout aussi surprenante que sa forme…

    Pas question de touiller la soupe avec un ustensile aussi puissant ! Cette cuillère est un objet cérémoniel dans lequel vient se nicher un esprit bienveillant.
    Dans la culture Dan, les villageois désignent et récompensent la "meilleure hôtesse" en lui offrant ce prestigieux cadeau. Il faut donc y voir un symbole de statut social. Mais que faire pour mériter ce titre ?

    Cuillère cérémonielle anthropomorphe, Culture Dan, Côte d’Ivoire, 2005, bois et métal, 56 x 13 cm, Musée du quai Branly

    Attention, la liste est longue. Il faut non seulement être la femme du village la plus travailleuse, la plus généreuse, mais aussi celle qui reçoit le mieux ses invités, qui organise les fêtes les plus réussies et dont les affaires sont couronnées de succès !

    Pour maintenir une telle performance, l’élue a bien besoin d’un coup de main…
    C’est là qu’elle peut compter sur l’esprit de la cuillère. Grâce à son aide, elle parvient à réussir toutes les tâches qu’elle entreprend.

    Deux cuillères cérémonielles anthropomorphes, Culture Dan, Côte d’Ivoire, XIXe siècle et première moitié du XXe siècle, bois, environ 70 cm de haut, Musée du quai Branly

    C’est lors de certains banquets qu’elle organise que la cuillère sert effectivement à contenir quelque chose, du riz par exemple. Son cuilleron bombé devient alors la métaphore d’un ventre fertile.

    Le reste du temps, lorsque sa propriétaire n’en a pas besoin, la cuillère est suspendue dans la maison pour que personne n’y touche. Si quelqu’un d’autre l’utilise, gare à lui !

    Cuillère cérémonielle anthropomorphe, Culture Dan, Côte d’Ivoire, 2005, bois et métal, 56 x 13 cm, Musée du quai Branly


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires