• Bonne semaine à vous !

    Saint Gaël

    Dicton du jour:

    Quand secs sont les Avents, abondant sera l'an.

    Pensée du jour :

    ****

    Vous êtes au volant d’une voiture et vous roulez à vitesse constante.
    A votre droite, le vide. A votre gauche, un camion de pompiers qui roule à la même vitesse et dans la même direction que vous.
    Devant vous, un cochon, qui est plus gros que votre voiture !
    Derrière vous, un hélicoptère qui vous suit, en rase-motte.
    Le cochon et l’hélicoptère vont à la même vitesse que vous.
    Face à tous ces éléments, comment faites-vous pour vous arrêter ?

    C’est simple, vous descendez du manège !

    ***

    Un homme va au cinéma. Il achète son billet a la caisse et entre. Une minute après il revient et en achète un autre. Une minute plus tard, il revient et achète encore un autre billet. La caissière lui demande :

    – Je ne comprend pas, je vous ai déjà vendu 3 billets et vous en voulez encore ?

    L’homme dit :

    – Je sais mais quand j’entre dans la salle, il y a un mec qui me le déchire !!

    ***

    Un chef de renom prend le train pour partir en vacances. Comme il dispose d’une petite heure avant le départ, il s’arrête au buffet de la gare et commande le plat du jour.
    Rapide, le serveur lui amène immédiatement un steack-purée superbement présenté.
    Le chef qui a obtenu trois étoiles au guide Michelin est très surpris par l’apparence de l’assiette. Il félicite chaleureusement le serveur : « Permettez-moi de vous féliciter pour la présentation de vos plats. Et je m’y connais, je suis du métier. »
    « Ah bon ? » Fait le serveur.
    Un rien vaniteux, le client poursuit :  » Si tous les buffets de gare pouvaient être aussi soucieux de l’apparence des mets qu’ils servent, des établissements « trois étoiles » comme le mien n’auraient plus de raison d’exister. Et dites-moi, un petit truc entre confrères ; comment réussissez-vous à faire d’aussi jolis dessins sur le beurre ? »
    Et le serveur : « Avec mon peigne, pourquoi ? »

    ***

    Un indien arrive au saloon, un fusil à pompe dans une main, et un seau de bouse de bison dans l’autre.
    – Bison mugissant vouloir café !
    Le serveur lui apporte, l’indien descend la tasse en une gorgée, jette le contenu du seau en l’air, met un coup de fusil dedans et part.
    Le lendemain, il revient au saloon et redemande du café.
    – Ho ! Attends un peu là ! s’exclame le patron, on est encore en train de nettoyer ton coup d’hier. C’est quoi c’t’histoire?
    – Moi prendre cours de management pour être cadre supérieur. Ça travaux pratiques. Moi arriver le matin, boire café, semer la merde puis disparaître toute la journée.


    11 commentaires
  • Bon week end !

    Sainte Ninon

    Dicton du jour:

    À la saint Ninon, décembre trop beau, été dans l'eau.

    Pensée du jour:

    ****

    Ma participation au "Tableau du samedi" chez Lady Marianne: 

     

    http://www.ma-chienne-de-vie.com

    Thème-les petits métiers

    L'un des petits métiers d'autrefois les plus insolites et les plus méconnus et celui d'allumeur de réverbères, également appelé falotier.

    Erik Ludvig Henningsen (1855-1930), The lamplighter (Le Falotier), 1895, huile sur toile, collection privée.

    Erik Ludvig Henningsen est un peintre et illustrateur danois, connu pour ses tableaux au réalisme social qu’il réalisa durant les années 1880-1890. Dans ses œuvres, il aimait à représenter les conditions de vie de certaines catégories de la population telles que les sans-emplois, les femmes, les enfants, les personnes âgées et les ouvriers, l’une ou l’autre de ces populations occupant toujours une place centrale dans ses peintures. 

     


    15 commentaires
  • Bonne semaine à tous !

    Sainte Julie

    À la sainte Julie, le soleil ne quitte pas son lit.

    Pensée du jour:

    ****

    2 abeilles discutent: – J’ai Internet dans ma ruche. – Chouette, donne-moi ton e-miel! 

    ***

    Quelle père est toujours d’accord?

    Le père ok (perroquet)

    ***

    Une coccinelle se rend a la pharmacie.

    Une fois arrivée, elle dit à la pharmacienne: " Bonjour, une lotion contre les points noirs s’il vous plait "

    ***

    Quel poisson n’a pas d’anniversaire?

    Le poisson pas né!

    ***

    Une pou et un moustique font la course qui est-ce qui gagne?

    Le pou bien sûr! Parce qu’il est toujours en tête!

    ***

    2 escargots qui se promènent sur la plage. Soudain ils aperçoivent une limace. L’un d’eux s’exclame alors:

    – Oups, demi-tour, nous sommes sur une plage de nudistes!

    ***

    Il était une fois un explorateur qui tomba devant un lion.
    L’explorateur apeuré dit: – Dieu, faites que ce lion est une pensée Chrétienne.

    Et le lion répondit: – Dieu, bénissez ce repas.

    ***

    Qu’est-ce qu’un taureau avec un string?

    – Une vache folle!

    ***

    Un escargot monte péniblement une très longue côte. il arrive enfin en haut de la montée, il se retourne et dit: "Pfiu… qu’est-ce que j’en ai bavé!"

    ***

    Une poule sort de son poulailler et dit: "brrr, quel froid de canard." Un canard qui passe lui répond: "Ne m’en parlez pas, j’ai la chair de poule."  


    20 commentaires
  • Bon week end !

    Immaculée Conception

    Dicton du jour:

    Jour de l'Immaculée, ne passe jamais sans gelée.

    Pensée du jour:

    Un peintre, un tableau

     ****

    Thème - les petits métiers

    Ma participation au "Tableau du samedi" chez Lady Marianne: 

    http://www.ma-chienne-de-vie.com

    Le Petit Colporteur.

    François Boucher 

    François Boucher, né le 29 septembre 1703 à Paris où il est mort le 30 mai 1770, est un peintre français, représentatif du style rococo. 

     
    Le peintre représente des personnages en costume d’époque, au cœur d’un cadre paysager inspiré de l’Antiquité. Les tissus sont variés et très colorés, traduisant ainsi l’évolution vestimentaire du siècle. Placé au centre du tableau, le colporteur constitue le personnage principal.
    Les deux acheteuses retiennent toute l’attention du peintre et du vendeur. Habillées et coiffées avec soin, leurs visages sont inondés de lumière. 
     
    Vêtu d’un long manteau et de souliers à boucle, le colporteur déballe sa marchandise avec détermination. Il tend un petit flacon qui est saisi avec délicatesse et curiosité par l’une des jeunes filles. Un assistant pose la main sur un tiroir garni d’objets : rubans, éventails et petits sacs de soie qui cachent probablement des tenues affriolantes et des tissus en dentelle.
     
    Le colporteur s’appuie sur l’un des deux coffres, appelés balles, qui comprennent de nombreux tiroirs et des bretelles en cuir permettant de les transporter. Il est aidé par deux jeunes porte-balles. L’un d’eux, placé dans l’ombre, participe à la vente, pendant que le second se repose, accoudé sur une balle, le regard fuyant.
     

    13 commentaires
  • Bon jeudi !

    Saint Nicolas

    Neige à la saint Nicolas donne froid pour trois mois.

    Pensée du jour:

    ****

    Un jour, un paysan demanda à ses enfants d’aller dans les champs pour glaner les épis de blé laissés par les moissonneurs. Les heures passèrent et la nuit les surprit. Ils comprirent très vite qu’ils s’étaient perdus, mais ils continuèrent à marcher...

    Soudain, l’un d’entre eux aperçut une lueur dans le lointain. Ils se dirigèrent dans cette direction et arrivèrent devant une maison isolée dans la campagne. Ils frappèrent à la porte et un homme de forte corpulence leur ouvrit.“ Pourriez-vous nous loger ? demandèrent les enfants.

    - Entrez, entrez, petits enfants, répondit l’homme, je suis boucher et je vais vous donner à souper.”
    A peine étaient-ils entrés que le boucher les tua, les découpa en petits morceaux et les mit dans son saloir.

    Sept ans plus tard, Saint Nicolas passa devant cette maison et demanda à souper.
    “ Voulez-vous un morceau de jambon ?, dit le boucher.
    - Je n’en veux pas, il n’est pas bon!
    - Peut-être une tranche de veau ?
    - Tu te moques de moi, il n’est pas beau ! Du petit salé, je veux avoir, qui est depuis sept ans dans ton saloir !”
    Entendant cela, le boucher s’enfuit en courant.

     

    Le grand saint, alla s’asseoir sur le bord du saloir, il leva trois doigts et les enfants se levèrent tous les trois.


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique