• Un peintre, un tableau

    Ma citation du jour:

    Ma participation au "Tableau du samedi" chez Lady Marianne:
    http://www.ma-chienne-de-vie.com/

    Mary Stevenson Cassatt, dite Mary Cassatt, née le22 mai 1844, à Allegheny City en Pennsylvanie et morte le 14 juin 1926 (à 82 ans) au Mesnil-Théribusen France, où elle est enterrée, est une artiste peintre et graveuse américaine.

    Amie de Edgard Degas, elle est souvent rattachée à l'impressionnisme, qui a une grande influence sur son œuvre précoce. Ses peintures, ses gravures et ses dessins de maturité doivent cependant plutôt être comparés à ceux produits par la génération de peintres post-impressionnistes.

    Le diabète et la cataracte lui abîment la vue, elle cesse de peindre en 1914. Elle devient définitivement aveugle en 1921. Elle meurt le 14 juin 1926 et est enterrée dans la tombe familiale de Mesnil-Théribus.

    L'été-1894


    8 commentaires
  • Ma citation du jour:

    Les anémones/Henri Matisse 1869/1954

    Figure majeure du XXe siècle, son influence sur l'art de la seconde partie du siècle est considérable par l'utilisation de la simplification, de la stylisation, de la synthèse et de la couleur comme seul sujet de la peinture, aussi bien pour les nombreux peintres figuratifs ou abstraits qui se réclameront de lui et de ses découvertes. Il fut le chef de file du fauvisme.


    8 commentaires
  • Ma citation du jour:

    Paris, d'où vient ton nom ?

     À l'origine, notre mégapole de plus de deux millions d'habitants se nommait Lutèce. Une appellation vraisemblablement due aux terres «boueuses» (du latin lutum, boue) sur lesquelles s'établit au IIIe siècle avant notre ère le premier village de pêcheurs celtes: les Parisii. 

    En -52 néanmoins, indique le Petit Robert, la capitale change de nom. C'est la période des premières campagnes de Jules César. L'imperator remporte une victoire décisive à Alésia et impose le pouvoir de Rome dans toute la Gaule. Le peuple des Parisii qui jusque-là avait su résister doit reconnaître sa défaite, à commencer par le changement du nom de sa cité. 

    Le bouleversement n'aura pourtant pas lieu. Les Romains renommant simplement la bourgade d'après le nom des Parisii. Ainsi fut alors rebaptisée Lutèce, Civitas Parisiorum ou «ville des Parisii». 

    Ce n'est qu'à la fin du Ve siècle après J.C., du fait de l'essor de la cité gauloise sous le règne de Clovis, que Paris devint la capitale du royaume des Francs. Et celle qui tient toujours lieu aujourd'hui de centre névralgique en France.

    Paris


    7 commentaires
  • Ma citation du jour:

    "En l’an 69, l’armée de Vitellius, disent les chroniqueurs, commandée par F. Valens, se porta sur Divodurum (Metz ancien), capitale de la Médiodomatricie, et y massacra 4000 habitants…

    En 261, la ville fut saccagée par les Germains qui avaient pour chef Chrocus…

    Enfin en 451, elle fut entièrement réduite en cendres ses habitants furent passés au fil de l’épée par Attila, surnommé le fléau de Dieu.

    Ce n’est qu’en 496 que la ville s’étant repeuplée, les nouveaux habitants composés de Francs, etc., etc., donnèrent à la ville, tant de fois saccagée et détruite, le nom de METZ, par abréviation du mot tudesque Metzeln, qui veut dire massacrer, sabrer, tailler en pièces, égorger, passer au fil de l’épée. Certes jamais nom n’a été plus convenable et mieux approprié que le nom de Metz.

    Plus tard, longtemps après, elle fut désignée sous les noms latinisés de Métis, Metensis, etc."

    Metz


    10 commentaires
  • Ma citation du jour:

    Un poème et son auteur

    Ma participation à "Mardi poésie" chez Lady Marianne: http://www.ma-chienne-de-vie.com/ 

    Une promenade au Jardin des Plantes

     Alfred de Musset(1810-1857)


    Sous ces arbres chéris, où j'allais à mon tour
    Pour cueillir, en passant, seul, un brin de verveine,
    Sous ces arbres charmants où votre fraîche haleine
    Disputait au printemps tous les parfums du jour ;

    Des enfants étaient là qui jouaient alentour ;
    Et moi, pensant à vous, j'allais traînant ma peine ;
    Et si de mon chagrin vous êtes incertaine
    Vous ne pouvez pas l'être au moins de mon amour.

    Mais qui saura jamais le mal qui me tourmente ?
    Les fleurs des bois, dit-on, jadis ont deviné !
    Antilope aux yeux noirs, dis, quelle est mon amante ?

    Ô lion, tu le sais, toi, mon noble enchaîné ;
    Toi qui m'as vu pâlir lorsque sa main charmante
    Se baissa doucement sur ton front incliné.


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique