• Bon mercredi et joyeux mois de décembre à tous !

    Pensée du jour !

    Un poème et son auteur

    La barque

    Emile Verhaeren

    Il gèle et des arbres pâlis de givre clair
    Montent au loin, ainsi que des faisceaux de lune ;
    Au ciel purifié, aucun nuage ; aucune
    Tache sur l’infini silencieux de l’air.

    Le fleuve où la lueur des astres se réfracte
    Semble dallé d’acier et maçonné d’argent ;
    Seule une barque est là, qui veille et qui attend,
    Les deux avirons pris dans la glace compacte.

    Quel ange ou quel héros les empoignant soudain
    Dispersera ce vaste hiver à coups de rames
    Et conduira la barque en un pays de flammes
    Vers les océans d’or des paradis lointains ?

    Ou bien doit-elle attendre à tout jamais son maître,
    Prisonnière du froid et du grand minuit blanc,
    Tandis que des oiseaux libres et flagellant
    Les vents, volent, là-haut, vers les printemps à naître ?


    14 commentaires
  • Pensée du jour:

    Mon poème

    Matin !

    En ce paisible matin d'automne,

    Un rayon de soleil timide et pâle

    Filtre à travers les persiennes,

    Dans la chambre...qui sommeille !

    ***

    Une bonne odeur de café flotte...

     Doucement, la maisonnée,s'éveille !

    On entend la baguette croustiller

    Et l'eau de la bouilloire, chanter !

    ***

    Devant un frugal petit déjeuner,

    Une famille joyeuse, s'est attablée,

    Pour commencer dans la gaieté

    Une agréable et douce matinée !

    Michelle


    14 commentaires
  • Pensée du jour:

    Un poème et son auteur

    En hiver la terre pleure

    En hiver la terre pleure ;
    Le soleil froid, pâle et doux,
    Vient tard, et part de bonne heure,
    Ennuyé du rendez-vous.

    Leurs idylles sont moroses.
    - Soleil ! aimons ! - Essayons.
    O terre, où donc sont tes roses ?
    - Astre, où donc sont tes rayons ?

    Il prend un prétexte, grêle,
    Vent, nuage noir ou blanc,
    Et dit : - C'est la nuit, ma belle ! –
    Et la fait en s'en allant ;

    Comme un amant qui retire
    Chaque jour son cœur du nœud,
    Et, ne sachant plus que dire,
    S'en va le plus tôt qu'il peut.

    Victor Hugo (1802-1885)


    8 commentaires
  • Pensée du jour:

    Un poème et auteur

    Émile VERHAEREN
    1855 - 1916

     

    Le vent

    Sur la bruyère longue infiniment,
    Voici le vent cornant Novembre ;
    Sur la bruyère, infiniment,
    Voici le vent
    Qui se déchire et se démembre,
    En souffles lourds, battant les bourgs ;
    Voici le vent,
    Le vent sauvage de Novembre.

    Aux puits des fermes,
    Les seaux de fer et les poulies
    Grincent ;
    Aux citernes des fermes.
    Les seaux et les poulies
    Grincent et crient
    Toute la mort, dans leurs mélancolies.

    Le vent rafle, le long de l'eau,
    Les feuilles mortes des bouleaux,
    Le vent sauvage de Novembre ;
    Le vent mord, dans les branches,
    Des nids d'oiseaux ;
    Le vent râpe du fer
    Et peigne, au loin, les avalanches,
    Rageusement du vieil hiver,
    Rageusement, le vent,
    Le vent sauvage de Novembre.

    Dans les étables lamentables,
    Les lucarnes rapiécées
    Ballottent leurs loques falotes
    De vitres et de papier.
    - Le vent sauvage de Novembre ! -
    Sur sa butte de gazon bistre,
    De bas en haut, à travers airs,
    De haut en bas, à coups d'éclairs,
    Le moulin noir fauche, sinistre,
    Le moulin noir fauche le vent,
    Le vent,
    Le vent sauvage de Novembre.

    Les vieux chaumes, à cropetons,
    Autour de leurs clochers d'église.
    Sont ébranlés sur leurs bâtons ;
    Les vieux chaumes et leurs auvents
    Claquent au vent,
    Au vent sauvage de Novembre.
    Les croix du cimetière étroit,
    Les bras des morts que sont ces croix,
    Tombent, comme un grand vol,
    Rabattu noir, contre le sol.

    Le vent sauvage de Novembre,
    Le vent,
    L'avez-vous rencontré le vent,
    Au carrefour des trois cents routes,
    Criant de froid, soufflant d'ahan,
    L'avez-vous rencontré le vent,
    Celui des peurs et des déroutes ;
    L'avez-vous vu, cette nuit-là,
    Quand il jeta la lune à bas,
    Et que, n'en pouvant plus,
    Tous les villages vermoulus
    Criaient, comme des bêtes,
    Sous la tempête ?

    Sur la bruyère, infiniment,
    Voici le vent hurlant,
    Voici le vent cornant Novembre.


    13 commentaires
  • Bon mardi !

    Pensée du jour:

    Un Royaume de Paix !

     

    Par delà l'ouatée blanc des nuages,

    Dans l'étendue bleue du ciel,

    Un paradis de paix rayonne

    Où, dit on, la vie est éternelle !

    En ce jour, de cet autre monde,

    Nous vient, une douce ritournelle.

    Les anges aux voix cristallines

    Jouant du violoncelle,

    Entourés de la grande ronde

    De ceux, qui partis, nous rappellent

    Que ce jour n'est pas triste,

    Que, sur cette musique spirituelle

    Ils sont en paix dans un joli royaume.

    Michelle


    15 commentaires