• Bon mercredi !

    Pensée du jour:

    Matin d'automne.

     

    De fines perles de rosée scintillent

    Sur les dernières roses du jardin;

    La fraîcheur de la nuit, s'estompe,

    Cédant sa place au doux matin

    Vêtu, de son long manteau de brume;

    Les oiseaux sur l'arbre voisin

    En piaillements discrets, s'éveillent...

    Début d'un jour calme et serein

    Où, l'automne, petit à petit, s'installe

    Avec son cortège de tons carmins;

    L'ambiance de ce joli décor automnal,

    Me fait commencer la journée avec entrain !

    Michelle

     


    9 commentaires
  • Bon mardi !

    Pensée du jour:

    Ma participation à "Mardi poésie"chez Lady Marianne:

     http://www.ma-chienne-de-vie.com

    Thème: "Automne" mon choix

     

    L’automne

    Anna de Noailles

     

    Voici venu le froid radieux de septembre :
    Le vent voudrait entrer et jouer dans les chambres ;
    Mais la maison a l’air sévère, ce matin,
    Et le laisse dehors qui sanglote au jardin.

    Comme toutes les voix de l’été se sont tues !
    Pourquoi ne met-on pas de mantes aux statues ?
    Tout est transi, tout tremble et tout a peur ; je crois
    Que la bise grelotte et que l’eau même a froid.

    Les feuilles dans le vent courent comme des folles ;
    Elles voudraient aller où les oiseaux s’envolent,
    Mais le vent les reprend et barre leur chemin
    Elles iront mourir sur les étangs demain.

    Le silence est léger et calme ; par minute
    Le vent passe au travers comme un joueur de flûte,
    Et puis tout redevient encor silencieux,
    Et l’Amour qui jouait sous la bonté des cieux

    S’en revient pour chauffer devant le feu qui flambe
    Ses mains pleines de froid et ses frileuses jambes,
    Et la vieille maison qu’il va transfigurer
    Tressaille et s’attendrit de le sentir entrer.

    Anna de Noailles, Le coeur innombrable


    14 commentaires
  • Mon poème

    Pensée du jour:

    Couleur nature !

    Niché au creux de la vallée,

    De rayons de soleil inondée,

    La terre se gorge de millésimes

    D'où naîtra le cépage sublime !

     

    Les champs à perte de vue

    De vert et jaune se colorent,

    Instants de féerie magique

    Qui fait de la nature...

    Une superbe toile de Maître !

    Michelle


    10 commentaires
  • Un poème et son auteur

     

    Pensée du jour:

    Ma participation à "Mardi poésie"chez Lady Marianne:

     http://www.ma-chienne-de-vie.com

    Thème:couleur de septembre-ciel-soleil-choix de Gazou

     

    Henri de Régnier, né le 28 décembre 1864 à Honfleur et mort le 23 mai 1936 à Paris, est un écrivain et poète français, proche du symbolisme.

    Admirateur de Mallarmé, il avait été d’abord influencé par Leconte de Lisle et surtout par José-Maria de Heredia dont il épousa, en 1895, l’une des filles, Marie, poète elle-même sous le pseudonyme de Gérard d'Houville

     

    Septembre

    Septembre ! Septembre !
    Cueilleur de fruits, teilleur de chanvre,
    Aux clairs matins, aux soirs de sang,
    Tu m'apparais
    Debout et beau,
    Sur l'or des feuilles de la forêt,
    Au bord de l'eau.
    En ta robe de brume et de soie,
    Avec ta chevelure qui rougeoie
    D'or, de cuivre, de sang et d'ambre
    Septembre !
    Avec l'outre de peau obèse,
    Qui charge tes épaules et pèse,
    Et suinte à ses coutures vermeilles
    Où viennent bourdonner les dernières abeilles !
    Septembre !
    Le vin nouveau fermente et mousse de la tonne
    Aux cruches ;
    La cave embaume, le grenier ploie ;
    La gerbe de l'été cède au cep de l'automne,
    La meule luit des olives qu'elle broie.
    Toi, Seigneur des pressoirs, des meules et des ruches,
    O Septembre ! chanté de toutes les fontaines,
    Ecoute la voix du poème.
    Le soir est froid,
    L'ombre s'allonge de la forêt
    Et le soleil descend derrière les grands chênes.

    Henri de REGNIER  


    12 commentaires
  • Pensée du jour:

     

    Dernier jour d’été !

     

    Dans un féerique tableau,

    Le soleil jetait des flots de lumière dorée

    Sur les ballots de paille,

    Un dernier jour d’été somptueux,

    Un automne qui s’annonçait

    Tendre, doux et coloré !

     

    Les jets du soleil couchant s’étiraient

    Dans les mousselines opaques de la nuit,

    Ses rayons obliques pailletaient

    D’une jolie clarté, la surface de l’eau.

     

    Voilé par la dentelle des cirrus, il déclinait

    Dans un panache de rouge !

    La lune, déjà bien en place, 

    Jouait avec les vagues !

    Michelle


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique