• Bon mercredi !

    Sainte Berthe

    Dictons du jour:

    Pour la sainte Berthe, se cueille l'amande verte.
    Pour la sainte Berthe, moisson ouverte.

    Pensée du jour:

    Mon poème

    ****

    Soleil couchant.

    Le soleil embrase l’horizon

    De ses derniers rayons.

    Une légère fraîcheur s’installe

    Tandis que le ciel se voile.

    Puis, l’astre du jour s’enfuit

    Cédant sa place à la nuit.

    Pour achever ce ballet nocturne

    Les étoiles, s’invitent, unes à unes

    Pour danser avec la lune !

    Michelle


    10 commentaires
  • Bon mardi !

    ****

    Saint Thomas

    Dicton du jour:

    A la Saint Thomas, les jours sont au plus bas.

    Pensée du jour:

    Un poème et son auteur

    ****

    Ma participation à "Mardi poésie"chez Lady Marianne:

     http://www.ma-chienne-de-vie.com/

    Laurent Drelincourt, né le 14 janvier 1625 à Paris et mort le 2 juin 1680 à Niort, est un poète et pasteur français, (Théologien, pasteur, poète et écrivain).

    Le soleil

     

    Flambeau de l'Univers, charmant père du jour,
    Globe d'or et de feu, centre de la lumière,
    Admirable portrait de la cause première,
    Tu fais de la nature et la joie et l'amour.

    Comme un superbe roi, qui brille dans sa cour,
    Couronné de rayons en ta haute carrière,
    Des portes d'Orient tu franchis la barrière,
    Pour visiter le Gange et le Pô tour à tour.

    Ainsi marchant toujours dans la pompe royale,
    Et courant de l'aurore à l'Inde occidentale,
    Tu répands en tous lieux ton éclat sans pareil.

    Mais si je te compare au Dieu de la nature,
    Dont tu n'es après tout que la faible peinture,
    Ton éclat n'est qu'une ombre et tu n'es plus soleil.

    Laurent Drelincourt


    13 commentaires
  • Saint Fernand

    Dicton du jour:

    Temps de la saint Fernand, chaleur et soleil riant.

    Pensée du jour:

    Mon poème

    ****

    Le lac.

    Dans le petit matin frisquet

    Baigné par les premières lueurs de l'aube,

    Le timide soleil faisait miroiter

    L'étendue bleue, ceinturée de forêts,

    L'herbe était encore humide...

     

    Au loin, sur les ondulations

    De la ligne de l'horizon,

    Doucement le soleil se levait,

    La cime des arbres noirs,

    Comme par magie, se colorait d'or !

     

    Le soleil qui scintille sur l'eau

    Fera que ce jour soit beau !

    Michelle 


    15 commentaires
  • Saint Anthelme

    En juin trop de pluie, le jardinier s'ennuie.

    Pensée du jour:

    Un poème et son auteur

    ****

    N'ayant pas trouvé sur le thème de "vacances" j'ai choisi "la mer" qui  est par excellence un lieu de vacances !

     

    Ma participation à "Mardi poésie"chez Lady Marianne:

     http://www.ma-chienne-de-vie.com/

     

    La mer

    Nérée Beauchemin

     

    Loin des grands rochers noirs que baise la marée,
    La mer calme, la mer au murmure endormeur,
    Au large, tout là-bas, lente s’est retirée,
    Et son sanglot d’amour dans l’air du soir se meurt.

    La mer fauve, la mer vierge, la mer sauvage,
    Au profond de son lit de nacre inviolé
    Redescend, pour dormir, loin, bien loin du rivage,
    Sous le seul regard pur du doux ciel étoilé.

    La mer aime le ciel : c’est pour mieux lui redire,
    À l’écart, en secret, son immense tourment,
    Que la fauve amoureuse, au large se retire,
    Dans son lit de corail, d’ambre et de diamant.

    Et la brise n’apporte à la terre jalouse,
    Qu’un souffle chuchoteur, vague, délicieux :
    L’âme des océans frémit comme une épouse
    Sous le chaste baiser des impassibles cieux.

    Nérée Beauchemin


    16 commentaires
  • Bon mardi

    Saint Gervais

    Dictons du jour:

    Quand il pleut le jour de saint Gervais, il pleut quarante jours après.
    Saint Gervais, quand il est beau, tire Médard et Barnabé de l'eau.

    Pensée du jour:

    Un poème et son auteur

    ****

     Dans la rue.

     François Coppée (1842-1908)

     

     

    Les deux petites sont en deuil ;
    Et la plus grande, – c'est la mère, –
    A conduit l'autre jusqu'au seuil
    Qui mène à l'école primaire.

    Elle inspecte, dans le panier,
    Les tartines de confiture
    Et jette un coup d'œil au dernier
    Devoir du cahier d'écriture.

    Puis comme c'est un matin froid
    Où l'eau gèle dans la rigole
    Et comme il faut que l'enfant soit
    En état d'entrer à l'école,

    Écartant le vieux châle noir
    Dont la petite s'emmitouffle,
    L'aînée alors tire un mouchoir,
    Lui prend le nez et lui dit : – Souffle.

          

    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique