• Pensée du jour:

     

    Sérénade

    Théophile Gautier

    Sur le balcon où tu te penches
    Je veux monter… efforts perdus !
    Il est trop haut, et tes mains blanches
    N’atteignent pas mes bras tendus.

    Pour déjouer ta duègne avare,
    Jette un collier, un ruban d’or ;
    Ou des cordes de ta guitare
    Tresse une échelle, ou bien encor…

    Ôte tes fleurs, défais ton peigne,
    Penche sur moi tes cheveux longs,
    Torrent de jais dont le flot baigne
    Ta jambe ronde et tes talons.

    Aidé par cette échelle étrange,
    Légèrement je gravirai,
    Et jusqu’au ciel, sans être un ange,
    Dans les parfums je monterai !

    Théophile Gautier


    13 commentaires
  • Mon poème

    Bon mercredi !

    Pensée du jour:

    Mon poème


    12 commentaires
  • Un poème et son auteur

    Pensée du jour:

    Le printemps

    Théodore de Banville

    Te voilà, rire du Printemps !
    Les thyrses des lilas fleurissent.
    Les amantes qui te chérissent
    Délivrent leurs cheveux flottants.

    Sous les rayons d’or éclatants
    Les anciens lierres se flétrissent.
    Te voilà, rire du Printemps !
    Les thyrses de lilas fleurissent.

    Couchons-nous au bord des étangs,
    Que nos maux amers se guérissent !
    Mille espoirs fabuleux nourrissent
    Nos cœurs gonflés et palpitants.
    Te voilà, rire du Printemps !

    Théodore de Banville


    12 commentaires
  • Bon mercredi !

    Pensée du jour:

    Mon poème


    13 commentaires
  • Bon mardi !

    Pensée du jour:

    Le Colibri

    Charles Leconte de Lisle

    Le vert colibri, le roi des collines,
    Voyant la rosée et le soleil clair
    Luire dans son nid tissé d’herbes fines,
    Comme un frais rayon s’échappe dans l’air.

    Il se hâte et vole aux sources voisines
    Où les bambous font le bruit de la mer,
    Où l’açoka rouge, aux odeurs divines,
    S’ouvre et porte au cœur un humide éclair.

    Vers la fleur dorée il descend, se pose,
    Et boit tant d’amour dans la coupe rose,
    Qu’il meurt, ne sachant s’il l’a pu tarir.

    Sur ta lèvre pure, ô ma bien-aimée,
    Telle aussi mon âme eût voulu mourir
    Du premier baiser qui l’a parfumée !

    Charles Leconte de Lisle


    11 commentaires