• Bon week end !

    Pensée du jour:

     Ma participation au "Tableau du samedi" chez Lady Marianne: 

    http://www.ma-chienne-de-vie.com

    Thème-chemin en forêt ou campagne-mon choix

     

    Chemin de l'Etarche est une oeuvre du peintre impressionniste britannique Alfred Sisley peinte en 1873, qui a vécu au 19e siècle, et qui était un spécialiste de la reproduction de paysages.

     


    13 commentaires
  • Bon vendredi !

    Pensée du jour:

    La tombe du druide

    Située à la limite d’Ymare, en Seine-Maritime, et d’Alizay, dans l’Eure, à 18 kilomètres au sud-est de Rouen, la tombe du Druide, aussi appelée "la grosse pierre" ou "la table de pierre", aurait bien des pouvoirs. On connaît peu de chose sur elle, si ce n’est que sa forme de dolmen laisse supposer qu’elle daterait de l’époque préhistorique.

    On raconte qu’au XIXe siècle, des cantonniers qui s’affairaient à la construction de la ligne Paris-Rouen eurent, après avoir bu quelques verres, l’idée de la déplacer. Toute la nuit, les habitants d’Ymare entendirent d’étranges râlements poussés par les hommes qui essayaient, sans succès, de lever le dolmen de près de 500 kg. Pris sur le fait par quelques téméraires qui désiraient savoir d’où venait le bruit, les ouvriers s’enfuirent à toutes jambes.

     

    Leur petite plaisanterie n’amusa pas les villageois, car depuis des siècles, on considérait cette pierre comme sacrée. On lui attribuait, en effet, le pouvoir d’assurer, aux personnes qui venaient mettre la main dessus, de mourir dans leur pays. À l’époque des colonies, les mères de famille ne laissaient d’ailleurs jamais leurs enfants partir vers le Tonkin ou d’autres destinations lointaines sans qu’ils aient touché le fameux dolmen.

    Outre cette croyance, toujours d’actualité, d’assurer aux voyageurs passant la frontière de revenir vivants, on lui confère aussi le pouvoir d’enlever les rhumatismes et la fièvre de ceux qui passent par-dessous.

    La tombe du druide


    15 commentaires
  • Bon jeudi !

    Pensée du jour:

    Perchée sur une colline boisée des Alpes-de-Haute-Provence, à une soixantaine de kilomètres de Digne-Les-Bains, la chapelle Notre-Dame-des-Œufs domine le village thermal de Gréoux-les-Bains et la vallée du Verdon.

    Il y a là-bas une étrange coutume qui dure depuis des siècles. On raconte que les femmes qui souhaitent avoir un enfant doivent gravir la colline le lundi de Pâques, jour de la première procession, avec un œuf frais dans chaque main. Arrivées au pied de la chapelle, elles doivent gober un des œufs, puis enterrer l’autre. Par la suite, il leur faut revenir à la seconde procession, le 8 septembre, fête de la Nativité de la Vierge. On dit que, si elles retrouvent l’œuf enterré intact, leur souhait d’avoir un bébé devrait se concrétiser.

    On peut aussi formuler toutes sortes de vœux à Notre-Dame-des-Œufs : comme ceux de réussir dans son travail, avoir de l’argent, trouver l’amour ou garder la forme.

    Chapelle Notre-Dame-des-Oeufs à Gréoux les Bains


    10 commentaires
  • Bonne semaine !

    Pensée du jour:

    Une Dame visite un musée :
    - Mais quelle est cette horreur?
    - C'est une statue.
    - Mais quelle est cette horreur?
    - C'est la Joconde.
    Quelques instants plus tard:
    - Mais quelle est cette horreur?
    - C'est un miroir, Madame

    Dans le train, le contrôleur à une vieille dame :
    - Votre billet est pour Paris. Or ce train va à Toulouse.
    - C'est ennuyeux, et ça arrive souvent au chauffeur de se tromper comme ça ?

    Lors d'une vente de charité, un riche Ecossais fait un gros chèque mais ne le signe pas.
    - Vous oubliez la signature, Monsieur !

    - Non, c'est un don anonyme !

      

    Un jour un monsieur rentre chez un droguiste :
    - Bonjour je voudrais un insecticide.
    - C'est pour les moustiques ou pour les mites ?
    - C'est pour moi... J'ai le cafard !

    C'est Mozart et Bach qui vont dans un bar. Ce soir là, le bar faisait une promotion sur son cocktail maison : "le BABY".

    Un serveur arrive pour prendre leurs commandes :
    - Vous désirez?
    - Hum, je vais prendre un baby, annonce Bach.
    - Et vous monsieur?
    - Un baby, comme Bach...

    La maman à son mari :
    - Je crois que notre fils sera astronaute.
    - Qu'est-ce qui te fait dire ça ?
    - Son professeur m'a dit qu'il était toujours dans la lune !

     

    Un jour un pull rencontre un tube de dentifrice et lui demande : "Je suis un peu sale, pourrais-tu me nettoyer?"
    - Pourquoi moi? demande le dentifrice.
    - Parce qu'on m'a dit que tu pouvais rafraîchir la laine et les mailles.

     

    - Allo, bonjour, je voudrais parler à Mr Leveau.
    - Vous vous trompez, ici c'est chez Mr Leboeuf.
    - C'est sans doute lui, cela fait 3 ans que je ne l'ai pas appelé.


    17 commentaires
  • Bon week end !

    Pensée du jour:

     Ma participation au "Tableau du samedi" chez Lady Marianne: 

    http://www.ma-chienne-de-vie.com

     Gustave Caillebotte, né à Paris le 19 août 1848 et mort à Gennevilliers le 21 février 1894, est un peintre français, collectionneur, mécène et organisateur des expositions impressionnistes de 1877, 1879, 1880 et 1882.

    Bien que l’histoire, pendant très longtemps, ne l’ait que retenu comme l’ami généreux et le mécène des Impressionnistes, Caillebotte exerce à Yerres ses talents de peintre, faisant preuve de certaines audaces. Mais Caillebotte se révèle aussi un personnage aux nombreuses facettes, pratiquant la philatélie, l’ingénierie navale, la régate et l’horticulture. L’homme autant que l’artiste apparaît passionnant à rencontrer.

    Gustave Caillebotte, Le parc de la propriété Caillebotte à Yerres, 1875, huile sur toile, 65 x 92 


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique