• Bon vendredi !

     

    Le siège du Conseil de l'Europe est à Strasbourg. Il a tenu sa première réunion au palais universitaire de Strasbourg en 1949 et occupe aujourd'hui le Palais de l'Europe sur un site où sont également regroupés le Palais des Droits de l'Homme.

    Il se situe à proximité directe du siège du Parlement européen, ce qui facilite la collaboration entre l'Europe des 47 (Conseil de l'Europe) et l'Europe des 27 (Union européenne), entités n'ayant pas de liens organiques formels et donc à ne pas confondre.

     

     


    10 commentaires
  • Bon jeudi !

    "Le Musée Alsacien de Strasbourg a été créé en 1902 dans le but d’affirmer l’identité régionale face aux tentatives de germanisation. Situé dans trois anciennes demeures strasbourgeoises reliées par un dédale d’escaliers et de coursives, le musée présente plus de 5000 objets, témoins de la vie rurale quotidienne en Alsace aux 18ème et 19ème siècles. Mobilier, objets domestiques, jouets, costumes traditionnels, outils, objets religieux et images sont ainsi répartis dans les trente salles du lieu. Des reconstitutions d'intérieurs des différents pays alsaciens ainsi que d’ateliers d’artisanat complètent cette riche collection de ce musée d’ambiance. Des reconstitutions d’intérieurs caractéristiques de différents «pays» d’Alsace (plaine agricole, vignoble, montagne vosgienne) et d’ateliers d’artisans jalonnent la visite de ce musée.

    Le Musée alsacien est également dépositaire depuis l’origine d’une importante collection confiée par la Société d’Histoire des Israélites d’Alsace et de Lorraine permettant de présenter le patrimoine culturel des Juifs d’Alsace.

    Il est situé au bord de l’Ill, aux nos 23-25 du quai Saint-Nicolas, à proximité de la place du Corbeau, dans un bâtiment inscrit aux monuments historiques. Le musée expose actuellement plus de 5 000 œuvres.

     


    12 commentaires
  •  

    L'église St Thomas

    Bon mercredi !

     

    L'église protestante Saint-Thomas est une des plus importantes de Strasbourg, au point de vue de l'histoire culturelle et de l'archtecture.

    Surnommée la cathédrale du protestantisme en Alsace, l'église est le seul exemple d'église-halle dans la région. Il s'agit également de l'unique église protestante à avoir conservé des chanoines.

    L'église Saint-Thomas possède un type architectural très particulier puisqu'il s'agit d'une église-halle à cinq vaisseaux d'égale hauteur  L'église est surmontée de deux tours-clochers.

    À l'intérieur, sa longueur est d'environ soixante-cinq mètres, sa hauteur d'environ vingt-deux mètres - environ trente mètres sous la coupole, de style gothique tardif, sa largeur d'environ trente mètres. Les deux côtés des nefs latérales extérieures abritent des tribunes. À droite et à gauche de l'abside du choeur se trouvent des chapelles séparées, également de style gothique tardif. L'église est classée monument historique depuis 1862.

    Dans l'église se trouve untrès célèbre monument funéraire

    L'imposant mausolée (1776) de style baroque tardif du Maréchal Maurice de Saxe, brillant militaire au service de la France. Lorsqu'il mourut en 1750 au château de Chambord, les hauts dignitaires de l'Eglise catholique rappelèrent au roi Louis XV $ que le maréchal ne saurait être enterré à la basilique Saint-Denis, puisqu'étant un bâtard allemand, de confession luthérienne. Une sépulture digne lui sera donc érigée dans la cathédrale du protestantisme français, l'église Saint-Thomas. Le sculpteur Jean-Baptiste Pigalle mettra plus de vingt ans avant de terminer l'imposant monument funéraire. Son inauguration officielle et le transfert de la dépouille du Maréchal de Saxe constituent donc la première reconnaissance publique du protestantisme depuis la révocation de l'édit de Nantes. Le monument est conçu comme une véritable mise en scène théâtrale. Le dynamisme de l'ensemble est rendu par les attitudes des personnages aux visages pathétiques et par le jeu des drapés. Seule la figure du Maréchal de Saxe équilibre la composition. Debout, au centre de la scène, il semble échapper à toute cette agitation douloureuse, dont il est la cause.

     


    15 commentaires
  • Bon mardi !

    La Petite France est un quartier historique de Strasbourg. Il est situé sur la Grande île de Strasbourg, qui est classée au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO depuis 1988.

    Le quartier tire son nom de l’hospice des vérolés, construit à la fin du XVè siècle pour accueillir les personnes atteintes de syphilis, appelée également le « mal français » .

    On y trouve de nombreuses maisons à colombages, notamment la maison des tanneurs et la maison Haderer.

    Elle a été totalement détruite durant la Seconde Guerre mondiale. La ville a engagé après-guerre une politique de reconstruction.

    Après une première opération, la ville décida dans les années 1970 de s'investir pour remettre le quartier dans son esprit d'origine, la mission fut confiée à l'Atelier UA5 avec à sa tête l'architecte Jean Apprill, Strasbourgeois de naissance, qui a réhabilité les immeubles dans leur esprit historique, tels que l'on peut les découvrir aujourd'hui.

     


    12 commentaires
  • On continue notre visite de Strasbourg, après Metz qui est ma ville de naissace, c'est ma ville de coeur j'y est habité et travaillé pendant 20 ans, c'est une ville superbe, les aléas de la vie,la retraite, fait que je suis allé vivre à la campagne, mais j'y vais le plus souvent possible, 25 km et j'y suis !

    Le palais Rohan se situe dans le centre-ville de Strasbourg, à côté de la cathédrale. Il abrite aujourd'hui trois musées, le musée des arts décoratifs, le musée des beaus-arts et le musée archéologique. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 20 janvier 1920.

    Ce bâtiment du XVIIIe diècle a été construit entre 1732 et 1741. Il est bâti dans le style classique, devenu à la mode après la conquête française de Strasbourg.

    Le visiteur pénètre dans la cour d’honneur en passant par un portail monumental en arc de triomphe surmonté de statues représentant la Clémence et la Religion.

    La façade principale est à dix sept axes, entourant un corps central à quatre colonnes engagées et coiffé d'un fronton triangulaire. À l'ouest se trouve une grande bibliothèque à grande baie appareillée qui atténue la symétrie de l'ensemble. La façade sur cour est plus intime et s'anime de pilastres. Deux ailes courtes en retour abritent les vestibules d'entrée. Au nord, face à la cathédrale, le monumental portail à colonnes s'ouvre entre deux somptueux pavillons d'angle. On estime le coût de l'ensemble à un million de livres, le mobilier à trois cents mille.

     

     

     


    15 commentaires