• Albert Schweitzer est né le 14 janvier 1875 à Kaysersberg. Sa langue maternelle était l'alsacien de Haute-Alsace. Étant à la naissance un nourrisson rachitique les médecins de Kaysersberg recommandent à sa famille d'aller vivre dans un endroit où l'air est pur. À l'âge de six mois, Albert part avec sa famille s'installer à Gunsbach, où son père a trouvé un poste de pasteur et d'instituteur. Initié très tôt à la musique, il joue de l'orgue paroissial dès l'âge de neuf ans.

    Albert Schweitzer (Kaysersberg14 janvier 1875Lambaréné4 septembre 1965), était un théologien protestant, musicien organiste, philosophe et médecin alsacien .

    Connu pour son éthique du « respect de la vie », inspiré (comme il en témoigne ) des religions de l'Inde, dont notamment le principe d’ahimsâ (« non-violence ») issu du jaïnisme, de l’hindouisme et du bouddhisme, mais aussi célèbre pour avoir été le précurseur de l’aide humanitaire pour la fondation en 1913 de son hôpital de Lambaréné, au Gabon, ainsi que pour ses travaux sur Bach et ses interprétations à l’orgue, caractéristiques du mouvement de la réforme alsacienne, Albert Schweitzer fut lauréat du prix Goethe en 1928 et du prix Nobel de la paix en 1952.

     

     


    15 commentaires
  • Paul Verlaine

    Paul Marie Verlaine est un poète français, né à Metz le 30 mars 1844 et mort à Paris le 8 janvier 1896.

    Verlaine s'annonce comme un poète à la voix particulière, jouant subtilement sur les mètres pairs et impairs, les rythmes rompus et les formes courtes dont le sonnet. Se plaçant sous la sombre égide de Saturne, il cultive une tonalité mélancolique qui fait de certains poèmes des incontournables de la poésie lyrique.

    Poète de la confidence, de la musicalité et de la suggestion, Verlaine a pu se voir reprocher  sa complaisance pour la mélancolie d'homme malheureux (Pauvre Lelian dit-il en parlant de lui, J'ai perdu ma vie conclut-il dans Parallèlement (Révérence parler, I) et sa langueur décadente, et on a pu aussi critiquer sa fadeur . Néanmoins cette voix dont on retient les murmures constitue une des formes importantes du renouveau poétique dans le dernier tiers du XIXe siècle  et son influence sera grande, à travers les symbolistes comme Jean Moréas et les décadentistes, et le poète aura de nombreux héritiers comme Guillaume Apollinaire qui « tend une main à Verlaine »

    Paul Verlaine, poète bisexuel, aborde dans son œuvre les amours hétérosexuels comme homosexuels (y compris l'homosexualité féminine).

     

    Paul VERLAINE   (1844-1896)

     

    Impression de printemps

    Il est des jours - avez-vous remarqué ? -
    Où l'on se sent plus léger qu'un oiseau,
    Plus jeune qu'un enfant, et, vrai ! plus gai

    Que la même gaieté d'un damoiseau.

    L'on se souvient sans bien se rappeler...
    Évidemment l'on rêve, et non, pourtant.
    L'on semble nager et l'on croirait voler.
    L'on aime ardemment sans amour cependant

    Tant est léger le coeur sous le ciel clair
    Et tant l'on va, sûr de soi, plein de foi
    Dans les autres, que l'on trompe avec l'air
    D'être plutôt trompé gentiment, soi.

    La vie est bonne et l'on voudrait mourir,
    Bien que n'ayant pas peur du lendemain,
    Un désir indécis s'en vient fleurir,
    Dirait-on, au coeur plus et moins qu'humain.

    Hélas ! faut-il que meure ce bonheur ?
    Meurent plutôt la vie et son tourment !
    Ô dieux cléments, gardez-moi du malheur
    D'à jamais perdre un moment si charmant.

    Paul Verlaine


    11 commentaires
  • Gustave Doré

    Paul Gustave Louis Christophe Doré dit Gustave Doré est un illustrateur, graveur, peintre et sculpteur français, né à Strasbourg le 6 janvier 1832, au 5 (aujourd'hui 16), rue de la Nuée-Bleue, et mort le 23 janvier 1883. Il fut reconnu internationalement de son vivant.

    À partir de 1851, tout en exposant ses toiles, il réalise quelques sculptures de sujets religieux et collabore à diverses revues dont le Journal pour tous. En 1854, l'éditeur Joseph Bry publie une édition des œuvres de Rabelais, illustrée d'une centaine de ses gravures. De plus en plus reconnu, à la fois autodidacte et exubérant, Gustave Doré illustra entre 1852 et 1882 plus de cent vingt volumes qui parurent en France, mais aussi en Angleterre, en Allemagne et en Russie.

    Il élargit ses activités picturales en composant de grands tableaux comme  Le Christ quittant le prétoire,un tableau mesurant six mètres de haut par neuf mètres de large. Ce tableau a été restauré de 1998 à 2003 au Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg, dans une haute salle qui lui est dédiée.

     

     


    11 commentaires
  • Georges De La Tour

    Georges de La Tour est un peintre lorrain, baptisé le 14 mars 1593 à Vic-sur-Seille,l'acte de baptême de Georges de La Tour, conservé à la mairie de Vic-sur-Seille, indique qu'il est le fils de « Jean de la Tour boulanger, et de Sibylle de Crospaux, issue également d'une famille de boulangers. Il est le deuxième des sept enfants de la famille.

    Il se marie le 2 juillet 1617 à Vic-sur-Seille avec Diane Le Nerf, membre d'une famille noble de Lunéville. Les deux époux s'installent dans cette ville où La Tour commence une carrière brillante, La Tour est un observateur pénétrant de la réalité quotidienne. Son goût prononcé pour les jeux d'ombre et de lumière, il multiplie les tableaux à sujet religieux mais aussi les scènes de genre, les tableaux réalistes représentant musiciens et mendiants.

    En diapo quelques uns de ses tableaux

     


    15 commentaires
  • Personnages célèbres

    Cette semaine va être consacrée à quelques personnages célèbres nés en Alsace et en Lorraine

    On commence par:

    Auguste Bartholdi , né à Colmar le 2 août 1834, mort à Paris le 4 octobre 1904 , est un sculpteur français.

    Il est notamment l'auteur de la célèbre Statue de la Liberté, offerte par la France aux États-Unis et placée ensuite sur Bedloe's island, à l'entrée du port de New York ; il est aussi l'auteur du groupe Les Fleuves et les Sources allant à l'Océan de la fontaine située place des Terreaux à Lyon, ainsi que du monumental Lion de Belfort, sculpté dans une falaise pour célébrer la résistance héroïque de la ville lors du siège de 1870-71.

    En diapo quelques unes de ses oeuvres

     


    18 commentaires