• Bon dimanche !

    Poème d'automne

    Fleurs d'automne


    14 commentaires
  • Bon samedi !

     

    Un curieux visiteur

    Le métro de Londres est celui que l'on appelle le Tube, est emprunté chaque jour par plus de 3 millions de voyageurs. Inscrit au patrimoine historique de la ville, des milliers de photos souvenirs y sont faites tous les ans. Mais un soir d'avril 1983, sur la ligne Bakerloo, Karen Collett fera une bien étrange photo.

    "Je visitais le métro de Londres avec mon petit-neveu et il a voulu que je fasse une photo de lui, assis sur la banquette du wagon. Mais lorsque je fais développer le cliché, j'étais avec mon père et le fiancé de ma sœur, ils m'ont dit : eh bien, elle est pas bien gaie ta photo". Karen n'en croit pas ses yeux. Sur la photo, juste derrière son neveu, elle découvre la silhouette d'un homme inconnu. "Ça n'a aucun sens. Je ne comprends vraiment pas comment Karen a pu photographier cet homme en plein milieu du métro. Il apparaît sur la photo, mais personne ne l'a vu ce jour là, dans le métro", Maurice Collett, père de Karen. De qui s'agit-il, et surtout comment expliquer la présence de cet homme, sur la photo alors qu'il n'y avait personne derrière le neveu de Karen ? Apparition fantomatique ou simple trucage ? En quelques jours, ce banal cliché de vacances se transforme en énigme. On ne peut plus sceptique, Karen confie alors ses négatifs à Robert Korcks, un expert au musée national de la photographie. "Cette photo a été prise avec un appareil amateur qui date des années 80. À l'époque, il était impossible, avec ce genre de matériel, de faire une retouche ou même de réaliser toute manipulation avec les négatifs. Je suis quasiment certain, il n'y a aucun trucage".
    Aucun trucage ! Alors d'où vient cet homme sur la photo ? "J'ai fait des recherches et j'ai découvert qu'il s'agissait d'un cliché d'un des personnages en cire du célèbre musée de Mme Tussaud, à Londres. Sur la photo, c'est Bruno Hauptmann, un homme qui a été jugé et exécuté pour l'enlèvement du fils de Charles Lindbergh, au début des années 30".Je suis donc allée au musée Tussaud avec ma photo pour comparer et c'est effectivement cet homme qui figure sur la photo. C'est lui trait pour trait. La même chemise, les mêmes couleurs, le visage, c'était incroyable". Le mystère de l'homme sur la photo semblait donc résolu, puisqu'il ne s'agirait alors que du simple reflet d'une publicité sur la vitre du métro. Mais le musée est formel, il n'y a jamais eu aucune publicité avec la photo de Bruno Hauptmann. Alors que croire ? Et surtout comment expliquer la présence de cet homme sur la photo ?

    Le métro de Londres


    14 commentaires
  • Bon vendredi !

    Le château de Hampton Court est un château situé sur la rive gauche de la Tamise, au sud-ouest du Grand Londres

    Le fantôme d'Henri VIII

    Le 21 décembre 2003, une image bien mystérieuse fait le tour du monde des journaux télévisés. "En Angleterre, c'est une histoire de fantôme qui agite le pays depuis hier. La photo du fantôme du roi Henri VIII a été publié dans tous les journaux, un cliché plutôt flou, qui montre une silhouette revêtue d'un long manteau se promenant dans les allées du palais de Hampton Court", Laurence Ferrari, TF1.

    Depuis 500 ans, le Château de Hampton Court en Angleterre est le théâtre d'événements dramatiques. On n'y fait entre autre, la découverte macabre de deux des six femmes d'Henri VIII, connu pour d'innombrables crimes. Au cours des siècles, ce château désespérément hanté, a vu ses habitants, son personnel et ses nombreux visiteurs être les témoins de phénomènes plus qu'étranges.

    "On entend des rires alors qu'il n'y a personne. Les portes et les fenêtres claquent toutes seules. Des odeurs étranges se dégagent", Gardien du château d'Hampton Court. Mais le plus étrange reste cette image que les gardiens ont découvert sur leurs caméras de surveillance. "Ce qui est bizarre, c'est que les portes s'ouvrent toutes seules. Le fantôme, lui, n'apparaît qu'après pour les refermer", autre gardien du château d'Hampton Court. C'est la première fois que la présence d'un fantôme aurait été filmé.

    Alors, présence fantomatique ou simple canular, le château d'Hampton Court ne semble pas encore décidé à livrer les secrets de ses murs...

    Le château de Hampton


    17 commentaires
  • Bon jeudi !

    La dame blanche du château de Bonaguil

    Le château de Bonaguil est situé en France, sur la commune de Saint-Front-sur-Lémance en Lot-et-Garonne à la charnière du Périgord et du Quercy, mais il est la propriété de la commune de Fumel. Le château est classé Monument historique le 18 avril 1914, la chapelle le 12 avril 1963.

    Béranger de Roquefeuil cruel et redouté de la région, prenait un malin plaisir à faire pendre les partisans de la rébellion paysanne.

    Sa fille, Marguerite ne pouvant plus supporter les délires tyranniques de son père, espérait partir avec son amant afin de plus assister à ces crimes odieux et surtout à s'enfuir de son emprise.

    Mais le seigneur Béranger avait d'autres plans pour sa fille, un mariage avec un vieux comte très riche, afin de renforcer
    les liens et les biens familiaux.
    Mais telle une rebelle, Marguerite s'enfuit du château toute en larme et on ne la revît jamais.
    L'histoire nous raconte que non seulement on ne vit plus jamais la jeune femme mais que non seulement elle ne serait jamais sortie de l'enceinte du château.

    Ainsi on peut voir, chaque soir de novembre, son fantôme, tous de blanc vêtue, arpenté le château en pleurant.

    Château de Bonaguil


    15 commentaires
  • Bon mercredi!

    La Dame blanche à la quenouille et aux fées

     
    Pres d'Abreschwiller,qui est une commune française située dans le département de la Moselle en région Lorraine, dans les bois environnant la Roche-au-Diable et une pierre levée,on peut encore voir se manifester près d'un menhir, une dame blanche dont la présence est attestée depuis des temps immémoriaux. Ce menhir est, probablement, lié à quelque cultes antiques. Il faut avouer que toute la région est à elle, seule, un lieu de culte païen.

    Une autre légende très sympathique, celle des 4 fées :

    Ce sont les gardiennes d'un trésor caché sous un rocher où serai sculptée une croix. On dit que le diable est assis sur ce trésor constitué d'or et tient dans sa bouche la clé qui ouvre le coffre. La personne qui aura le courage de prendre la clef entre ses dents en deviendra le propriétaire et délivrera également les fées.

    Sur les hauteurs d'Abreschviller

     Petit train touristique d'Abreschviller

    La Roche du diable

    Représentation du diable sculpté dans le grès

    Sur la roche du Diable


    17 commentaires