• Pensée du jour:

    John Singer Sargent

    1856 - 1925

    John Singer Sargent  s'impose comme un des plus grands peintres portraitistes américain de son époque,  reconnu aussi en tant que peintre paysagiste doué et grand aquarelliste. Sargent est né à Florence, en Italie de parents américains et a étudié en Italie et en Allemagne, puis à Paris, sous l'influence du portraitiste Emile Auguste Carolus-Duran, dont l'influence sera essentiel. Il est proche de grands artistes de l'époque tel que Claude Monet ou Paul Helleu.
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Le Jardin du Luxembourg - 1879
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    11 commentaires
  • Pensée du jour:

    Le musée de la Folie Marco est un musée municipal d'arts décoratifs situé à Barr dans le département français du Bas-Rhin. Installé dans une demeure patricienne du XVIIIe siècle, il abrite des collections de mobilier bourgeois alsacien du XVIIe au XIXe siècle. Achevé en 1763, l'édifice fait, partiellement, l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis 1935 et le musée, fondé en juin 1964, possède le label « musée de France ». 

    Escalier central du bâtiment principal

    Mobilier bourgeois alsacien

     Trois statues en cire, créées à l'occasion du bicentenaire de la Révolution, entourent le piano-forte placé dans l'alcôve. La composition met en scène le baron de Dietrich et sa nièce.

    Commode Louis XV à marqueterie de fleurs et rinceaux ; trois tiroirs dont un tiroir plat, dit "à gravures".

    Table en noyer du 18e s., pentagonale aux pieds galbés.

    Armoire strasbourgeoise à sept colonnes, en noyer et loupe de noyer. Porte la date 1676.

    Pots de forme tronçonique à anse avec un bec verseur et un couvercle plat à charnière. Grès céramique de Betschdorf, bleu cobalt, 19e siècle, portant l'étoile des brasseurs.

    Céramiques d'Alsace-Lorraine (notamment Hannong et Niderviller) 

    Collection d'étains

    Chaise (fauteuil de bureau) en noyer, dossier en demi-cercle, porté par un montant central dans l'axe du pied arrière, 18e s.

    Mobilier bourgeois alsacien 

     


    13 commentaires
  • Bon jeudi !

    Pensée du jour:

    Jardin de la Folie Marco à Barr dans le Bas Rhin: Ce jardin, du XVIIIe siècle, présente une succession de chambres vertes. Composées de grands arbres aux essences variées datant de la première moitié du XIXe siècle, il génère une palette riche en couleurs et en feuillages. De divers endroits du jardin on jouit de perspectives inattendues sur l'architecture, le jardin et la plaine. 

    La promenade dans le jardin est conçue pour que le regard puisse se porter sur différents points de vue et perspectives : une échappée sur le vignoble du Kirchberg, un panoramique exceptionnel sur la plaine d’Alsace et la Forêt Noire, les vues les plus intéressantes sont celles qui orientent le regard en diagonale sur l’architecture. Le site s’organise en une succession de chambres vertes ou minérales et de seuils.

     


    15 commentaires
  • Bon mercredi !

    Pensée du jour:

     

    Crépuscule sur mer !

    Aux abords du rivage rocheux,

    Blanchi par l'écume,

    Les derniers rayons de soleil

    Font couler leurs gouttes dorées

    Sur l'étendue marine.

    L'air est doux, il règne un calme apaisant,

    Bercé par des chants d'oiseaux 

    Et le ressac somnolent de la mer.

    Des embruns salés flottent dans l'air,

     Doucement, la nuit tombe ;

    Une brume légère habille

    L'océan de ses voiles vaporeux.

    Michelle


    11 commentaires
  • Bon mardi !

    Pensée du jour :

    Ma participation à "Mardi poésie"chez Lady Marianne:

     http://www.ma-chienne-de-vie.com libre choix

     

    Ma bohème-Arthur Rimbaud 

     

    Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ;
    Mon paletot aussi devenait idéal ;
    J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal ;
    Oh ! là là ! que d'amours splendides j'ai rêvées !

    Mon unique culotte avait un large trou.
    Petit-Poucet rêveur, j'égrenais dans ma course
    Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
    Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

    Et je les écoutais, assis au bord des routes,
    Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
    De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

    Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
    Comme des lyres, je tirais les élastiques
    De mes souliers blessés, un pied près de mon cœur ! 
     

    12 commentaires