• Un peintre, un tableau

    Bon week end !

    Pensée du jour:

    Un peintre, un tableau

    Iovka Mechkarova 

    La peintre bulgare Iovka Mechkarova est né le 12 janvier 1976 dans la ville de Kalofer en Bulgarie.
    Elle est diplômée en éducation artistique pour les arts appliqués de la ville de Troyan en 1995.


    10 commentaires
  • Recette

    Bon vendredi !

    Pensée du jour:

    Recette

    Blanquette de poisson

    Ingrédients

    600 g de cabillaud ou d’églefin

    400 g de champignon de Paris émincés en boîte

    1 oignon  

    15 cl de vin blanc

     15 cl de crème fraîche liquide

      Poivre/sel/bouquet garni 

    Farine et beurre

     

    Préparation:

    Emincer l'oignon et le faire dorer avec un peu de beurre.

    Rajouter les champignons égouttés puis le vin blanc et porter à ébullition.

    Ajouter ensuite la crème, le bouquet garni, le sel et le poivre. 

    Mélanger et laisser un peu réduire.

    Rincer les filets de poisson, les éponger puis les passer dans la farine (en éliminant l'excédent).

    Ajouter les filets dans la cocotte et baisser le feu. 

    Faire cuire 20 mn à feu doux.

     

    Blanquette de poisson


    14 commentaires
  • Dessins humoristiques d'Alsace

    Pensée du jour:

    Dessins humoristiques d'Alsace


    13 commentaires
  • Mon poème

    Bon mercredi !

    Pensée du jour :

    Mon poème

    Mon poème


    12 commentaires
  • Un poème et son auteur

    Bon mardi !

    Pensée du jour:

    Un poème et son auteur

    Conseil

    Théodore de Banville

    Eh bien ! mêle ta vie à la verte forêt !
    Escalade la roche aux nobles altitudes.
    Respire, et libre enfin des vieilles servitudes,
    Fuis les regrets amers que ton cœur savourait.

    Dès l’heure éblouissante où le matin paraît,
    Marche au hasard ; gravis les sentiers les plus rudes.
    Va devant toi, baisé par l’air des solitudes,
    Comme une biche en pleurs qu’on effaroucherait.

    Cueille la fleur agreste au bord du précipice.
    Regarde l’antre affreux que le lierre tapisse
    Et le vol des oiseaux dans les chênes touffus.

    Marche et prête l’oreille en tes sauvages courses ;
    Car tout le bois frémit, plein de rhythmes confus,
    Et la Muse aux beaux yeux chante dans l’eau des sources.

    Juillet 1842.

    Théodore de Banville, Les Cariatides (1842)


    12 commentaires