• La fève

    Bon mardi !

    À la fin du XVIIIe siècle, des fèves en porcelaine apparurent, représentant l’enfant Jésus en porcelaine. Sous la Révolution, on remplaça l’enfant Jésus par un bonnet phrygien. Les graines de fève furent systématiquement remplacées en 1870 par des figurines en porcelaine ou – plus récemment – en plastique. Pour la petite histoire, l'Élysée accueille chaque année une galette sans fève car tirer les rois ne s'accorde pas avec l'idée de démocratie. De nos jours, si on trouve toujours de vraies fèves, il existe une multitude de fèves fantaisie qui font le bonheur de collectionneurs : la collection de ces petits objets se nomme la fabophilie.

    A l’origine, fève légume, elle est maintenant devenue petit objet "surprise" caché dans un Gâteau de Roi, Galette, brioche etc... Différents gâteaux l’accueillent suivants les régions de France.  

    Une légende raconte que la fève serait née avec la fameuse bague de Peau-d'Ane qu'elle avait oubliée dans sa galette. 

    La fève est devenue un véritable objet de collection. Du haricot sec à la fève dorée à l'or fin 24 carats, du poupon emmailloté aux santons, du coq à l'âne, en passant par tous les personnages de Walt Disney ou autres Batman, Superman, Bécassine, etc. etc., on peut en trouver en plastique blanc ou, la plupart du temps, en porcelaine ou en céramique...  Il y en a pour tous les goûts.

     

    En diapo, les fèves tendance 2014

     

     

     


    12 commentaires
  • Bonne semaine !

     

    Le terme épiphanie est issu du grec et signifie apparition. 

     

    Célébrée le 6 janvier, cette fête correspond à la présentation de l'enfant Jésus aux Rois Mages. 

    La galette des rois, servie à cette occasion, est une tradition typiquement française qui avait déjà cours au XIVème siècle. La galette était partagée en autant de portions que de convives, plus une. Cette portion supplémentaire, appelée "part du Bon Dieu" ou "part de la Vierge", était destinée au premier pauvre qui se présenterait.
    Longtemps,  l'épiphanie fût plus important que le jour de Noël.

    La tradition veut qu’elle soit l’occasion de « tirer les rois » à l’Epiphanie : une fève est cachée dans la galette et la personne qui obtient cette fève devient le roi de la journée et a le droit de porter une couronne de fantaisie. Dans le circuit commercial, dans la seconde moitié du XXe siècle, les boulangers fournissent avec la galette une couronne en papier doré à usage unique. Plus traditionnellement chaque famille réalise et conserve une ou plusieurs couronnes artisanales.Il est dit que le bénéficiaire de la fève doit offrir la prochaine galette, cependant, aucune source fiable ne permet d'affirmer ou d'infirmer formellement cette tradition. C’est le plus jeune des convives, caché sous la table, qui décide de la distribution des parts.

    La galette des Rois, dans le nord de la France, est originellement une galette de pâte feuilletée, simplement dorée au four, qu’on mange accompagnée de confitures ; elle peut également être fourrée avec diverses préparations : frangipane, fruits, crèmes, chocolat… Dans le Sud de la France, le gâteau des Rois est une brioche aux fruits confits en forme de couronne parfumée à la fleur d'oranger, est préférée à la galette en pâte feuilletée, dite "parisienne". Mais on trouve aussi des galettes à base de pâte sablée dans l’ouest.


    15 commentaires
  • 28 décembre, mon anniversaire chez ma fille Sarah

     

     


    13 commentaires
  • 25 décembre chez ma fille Leslie

     

     


    12 commentaires
  • Voici mes jours de fête en photos

    24 décembre chez ma fille Vanessa

     

     

     


    14 commentaires
  • Le stollen de Noël

    Bonne semaine à tous !

    Le stollen est un gâteau de Noël traditionnel allemand dont l'origine est très ancienne. Il s'agit d'un pain aux fruits secs et confits farci de pâte d'amande consommé pendant la période des fêtes au petit déjeuner, au dessert ou au goûter en Alsace  et en Lorraine, il est devenu symbole chrétien et a été parfois rebaptisé Christstollen, sa forme rappelant pour certains l'enfant Jésus dans ses langes.

    Le stollen de NoëlLe stollen de Noël

     

     

     

     

    Recette

    pour un beau stollen : ½ c à s de levure déshydratée
    ½ c à c de sucre + 65 g
    environ 12
    5 cL de lait
    250 g de farine
    ½ sachet de sucre vanillé
    qqes gouttes de vanille liquide
    1 pincée de sel
    1 petite pointe de couteau d’épices à pain d’épices + ½
    125 g de beurre mou non fondu
    175 g de raisins secs
    blonds et bruns mélangés
    100 g d’écorces d’orange et de citron confits mélangés
    65 g d’amandes mondées hachées grossièrement
    un rouleau de pâte d’amandes blanche

    Finition :

    sucre glace
    75 g de beurre fondu

    Préparation:

    . Mélangez soigneusement la levure, la demie c à c de sucre et 5 cL de lait tiède dans une tasse. Laissez reposer 15 minutes (ça va lever et buller).

    . Versez la farine dans le bol de votre robot ménager ou de votre machine à pain, le sucre, l’extrait de vanille, le sel, les épices, la levure diluée et le reste de lait (il est possible que l’on ne doive pas utiliser tout le lait). Mélangez le tout 5 minutes vitesse 2.

    . Ajoutez petit à petit le beurre mou. Travaillez la pâte entre 25 minutes et 40 minutes vitesse 4, celle-ci doit être lisse et se détacher légèrement des bords de la cuve. Couvrez d’un film et laissez lever au chaud 2 bonnes heures.

    Mélangez dans un bol les amandes à 1 c à s de farine. Versez la pâte sur un plan de travail bien fariné car la pâte est collante. Mélangez-y raisins secs, écorces d’agrumes confits et les amandes. Mélangez la pâte et pétrissez bien.

    . Préchauffez le four à 190°. Formez le stollen : étalez la pâte au rouleau. Placez la pâte d’amandes roulée en boudin sur 1/3 de la surface. Pliez les deux côtés du bout dans la longueur, puis pliez l’une des largeurs, puis le dernier côté sur seulement la moitié de sa largeur : vous obtenez ainsi la forme typique du stollen. Placez-le sur une plaque couverte de papier cuisson et laissez lever encore 2 h à 2 h 30.    

    . Cuisez le stollen au four durant 40 minutes à 1 h : celui-ci doit être légèrement doré. Couvrez-le d’alu s’il brunit trop vite. La cuisson est très variable selon la taille des stollens et du four.. A la sortie du four, badigeonnez de la moitié du beurre fondu et saupoudrez légèrement de sucre glace. Recommencer l’opération beurre fondu-sucre glace une fois le stollen froid.

    Le stollen de Noël

     


    10 commentaires
  •  

    La crèche de la cathédrale de Strasbourg

    Bon dimanche !

    La crèche de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, acquise en 1907, est composée de cinq tableaux représentant : l'Annonciation, la Visitation, la Nativité, l?Adoration des mages et la Présentation au temple.

    Les Figurines Napolitaines (XVIIIe)
    Des figurines en bois peint, terre cuite ou cire, revêtues de vêtements en tissus, en provenance de crèches fabriquées au XVIIIe siècle dans la région de Naples.

     

    La crèche de la cathédrale de Strasbourg


    9 commentaires
  •  

    En Lorraine

    Bon mardi !

    Les toutes premières décorations en forme de boule de Noël étaient constituées de fruits (pommes, oranges ...) auxquels on ajoutait des petits motifs en papier et des hosties non consacrées.

    La boule de Noël multicolore d'aujourd'hui ne rappelle-t-elle pas les fruits des premières décorations ?

    En tout cas, il paraît qu'à la suite d'une mauvaise récolte de pommes en Alsace, un verrier de Strasbourg eut l'idée de les remplacer par des boules de verre ! L'idée plut tellement qu'un artisanat se développa.

    Dans les années 1830, à Lauscha (Allemagne) on produisait des "kugels" (boules de verre) qui étaient destinées à protéger la maison des mauvais esprits.

    Au milieu du XIXe siècle, ce sont les boules de Lorraine et de Bohême qui furent les plus appréciées. Les boules étaient en verre soufflé et peintes à la main.

    • Quant aux friandises (bonbons, confiseries, fruits secs ...) elles ne mirent pas longtemps pour faire leur entrée dans les décorations.

      Jusque dans les années 1950 c'est l'Allemagne et les pays d'Europe de l'est qui restent le coeur de production des ornements d'art. Les artisans travaillaient de nombreux matériaux comme le verre soufflé, filé, moulé, le métal, la cire et le bois. On fabriquait aussi des petits personnages en coton, des cheveux d'anges métalliques (origine lyonnaise).

      La boule de Noël qui décore les sapins est née à Meisenthal en Moselle.
    • Traditionnellement, on y accrochait des pommes mais en 1858, l'hiver fut si rigoureux qu'il n'y eut plus de pommes. Un artisan verrier eut l'idée pour donner quand même un peu de joie à la fête de créer des boules représentant une pomme et d'autres fruits.

      La boule de Noël était née. 

     

     

    En Lorraine

     


    12 commentaires
  • Bonne semaine à tous !

    Les illuminations et le marché de Noël à Haguenau

     
     
     
     

    18 commentaires
  •  

    Bon week end !

    Strasbourg, capitale de Noël !

    Dès la fin novembre, la ville endosse ses habits de lumière et convie à une flânerie féérique et gourmande.


    Comme chaque année, c'est un nouvel enchantement. Du 29 novembre au 31 décembre, Strasbourg passe en mode Noël et propose un programme festif avec une douzaine de marchés à arpenter. Au menu, dans toute la cité, de nombreux chalets, des giboulées de boules colorées et des avalanches de santons. La balade est grandiose en particulier dans la Grande Ile, son coeur historique classé au patrimoine mondial de l'UNESCO.

     


    Ce marché de Noël est l'un des plus ancien de France, il a vu le jour en 1570. Ici pas de babiole made in China, mais des objets traditionnels par milliers. C'est quand la nuit tombe que la magie s'installe vraiment sur la ville. Les décorations subliment les monuments, les odeurs d'épices et de cannelle taquinent les narines et les chants résonnent dans les églises, en particulier dans la cathédrale Notre-Dame, joyau de l'art gothique.

    La place Gutenberg accueille un marché de Noël aux couleurs de la Croatie, invitée d'honneur cette année et sur la place Kléber, majestueusement, trône le gigantesque sapin de 30 mètres de haut, car la tradition du sapin de Noël trouve son origine dans la région ! Aujourd'hui les boules ont remplacées les fruits, car au Moyen Age on lu décorait de pommes, mais au pied de cet arbre, les choeurs s'élèvent toujours vers le ciel.

     

     


    18 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique