• Fable de La Fontaine

    Le Loup et le Chien


        Un Loup n'avait que les os et la peau ;
            Tant les Chiens faisaient bonne garde.
    Ce Loup rencontre un Dogue aussi puissant que beau,
    Gras, poli, qui s'était fourvoyé par mégarde.
            L'attaquer, le mettre en quartiers,
            Sire Loup l'eût fait volontiers.
            Mais il fallait livrer bataille
            Et le Mâtin était de taille
            A se défendre hardiment.
            Le Loup donc l'aborde humblement,
        Entre en propos, et lui fait compliment
            Sur son embonpoint, qu'il admire.
            Il ne tiendra qu'à vous, beau sire,
    D'être aussi gras que moi, lui repartit le Chien.
            Quittez les bois, vous ferez bien :
            Vos pareils y sont misérables,
            Cancres, haires, et pauvres diables,
    Dont la condition est de mourir de faim.
    Car quoi ? Rien d'assuré, point de franche lippée.
            Tout à la pointe de l'épée.
    Suivez-moi ; vous aurez un bien meilleur destin.
        Le Loup reprit : Que me faudra-t-il faire ?
    Presque rien, dit le Chien : donner la chasse aux gens
            Portants bâtons, et mendiants ;
    Flatter ceux du logis, à son maître complaire ;
            Moyennant quoi votre salaire
    Sera force reliefs de toutes les façons :
            Os de poulets, os de pigeons,
    ........Sans parler de mainte caresse.
    Le loup déjà se forge une félicité
            Qui le fait pleurer de tendresse.
    Chemin faisant il vit le col du Chien, pelé :
    Qu'est-ce là  ? lui dit-il.  Rien.  Quoi ? rien ? Peu de chose.
    Mais encor ?  Le collier dont je suis attaché
    De ce que vous voyez est peut-être la cause.
    Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas
        Où vous voulez ?  Pas toujours, mais qu'importe ?
     Il importe si bien, que de tous vos repas
            Je ne veux en aucune sorte,
    Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.
    Cela dit, maître Loup s'enfuit, et court encor.

    « Vendredi Saint en AlsaceJoyeuses Pâques »

  • Commentaires

    10
    Samedi 19 Avril 2014 à 18:11

    et je découvre tjs

    9
    Samedi 19 Avril 2014 à 13:57

    bonjour michele!!!bon weekend de paques et gros bisous

    8
    Samedi 19 Avril 2014 à 12:45

    Bonjour Mamykool une virée chez toi avant ma petite sieste journalière ! ah oui celle-là je la connai ... mais c'est bon de la réviser !!! tu as mis deux belles photos ! bon WE avec ta petite famille gros bisous !

    7
    Samedi 19 Avril 2014 à 11:47

    Le loup préfère la liberté à l'abondance de nourriture..... On peut avoir les deux aussi. Bises et Joyeuses Pâques

    6
    Mimi de Bruges
    Samedi 19 Avril 2014 à 10:17

    Celle là je l'avais apprise à l'école primaire et je m'en souviens encore.

    Bon week end de Pâques Michelle. Grosses bises chocolatées

    5
    Samedi 19 Avril 2014 à 10:16

    je la connais pas ,bonne journée bisous

    4
    Samedi 19 Avril 2014 à 10:10

    Bonjour Michelle j'aime beaucoup cette fable,la liberté a tout prix.

    bon week end bisous monique

    3
    Samedi 19 Avril 2014 à 10:09
    LADY MARIANNE

    celle-ci ouf je le connais-
    encore de belles photos de chien et loup !!
    bon samedi ! bisous !!

    2
    pontdevie/pivoine
    Samedi 19 Avril 2014 à 09:48

    Je connaissais cette fable et je l'aime beaucoup. 

    Bon week-end de Pâques. Prépare les petits paniers pour tes petits enfants pour la récolte des oeufs que les cloches et les lapins auront déposés dans les jardins ou les maisons.

    Bises

    1
    Samedi 19 Avril 2014 à 08:21

    Bonjour Michelle.

    Oui, il avait bien raison le loup.

    Manger, pour etre bien en chair, mais etre attaché, ne lui convenait point.

    Alors, pour garder sa liberté, il prit ses "jambes" à son cou.

    Encore une belle fable.

    Bonne journée et bonnes fètes de Pâques.

    Auras-tu tes petits-enfants?

    Bisous Aimée



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :