• Bonne semaine à vous !

     

    La Femme de la Pluie


    Dans la haute vallée de la Bruche, on voit apparaître une femme coiffée d'un chapeau de paille et tenant en main un râteau. On l'appelle la Femme de la Pluie, elle se fait voir quand le temps va changer. Ce serait une servante du château de Salm qui partit un jour avec toutes ses richesses. Elle fut retrouvée et exécutée mais pas les trésors qu'on chercha longtemps sans succès, et elle passe l'éternité en météorologue pour expier sa faute.

    Légendes d'Alsace

    Ruines du château de Salm


    Vallée de la Haute Bruche


    13 commentaires
  • Bon week end !

    Une soupe au caillou

    Une froide nuit d’hiver, un vieux loup arrive dans un village d’animaux. Il frappe chez la poule et la convainc de lui ouvrir pour préparer sa soupe au caillou. Curieuse de voir un loup, et de goûter à sa soupe au caillou, la poule surmonte sa peur et accepte d’inviter le vieux loup chez elle. Ils se mettent donc à préparer la soupe au caillou. La poule propose d’ajouter du céleri. Peu à peu, ils sont rejoints par les autres animaux du village, inquiets, venus s’enquérir de la poule. Chacun apporte un légume de son goût, pour obtenir finalement obtenir une délicieuse soupe qu’ils partagent, ensemble, dans la bonne humeur : quel bonheur de goûter au plaisir d’une veillée entre amis ! 


    15 commentaires
  • Bon vendredi !

    Les douze mois

    Un homme veuf, père d'une petite fille, se remarie avec une femme qui a une fille. La marâtre fait travailler sans cesse sa belle-fille. Elle veut se débarrasser d'elle en l'envoyant chercher à trois reprises et en plein hiver, sous la neige, des violettes, des fraises, des pommes. A chaque fois la jeune fille survit à peine, mais se réchauffe dans une clairière à un feu entretenu par 12 frères qu'elle prend d'abord pour des rochers dressés. Ce sont les 12 mois, commandés par Janvier, leur aîné, qui laisse d'abord mars prendre sa place pour faire fleurir des violettes, puis juin pour les fraises et octobre pour les pommes. Mais elle ne rapporte que deux pommes. La mère voulant en obtenir davantage envoie sa fille, mais elle ne salue pas les 12 mois et meurt gelée. La mère part à sa recherche et subira le même sort, car leurs cœurs étaient aussi froid qu'un bloc de glace.


    12 commentaires
  • Bon jeudi !

    L'Harfang des neiges est un grand oiseau blanc aux yeux jaunes est très reconnaissable. Le mâle est d'un blanc pur alors que la femelle et les jeunes sont légèrement tachetés ou barrés de brun. Leur plumage blanchit avec l'âge, les mâles pouvant alors devenir d'un blanc immaculé. L'été le plumage est plus foncé que l'hiver, le plumage est plus blanc l'hiver pour se camoufler dans la neige.

     Le grand corbeau et le harfang des neiges 

    Autrefois, les oiseaux étaient blancs, tout blancs. Un matin, Corbeau et Harfang s'amusaient ensemble sous l'iglou. Comme chaque jour, ils jouaient avec les petits os d'une nageoire de phoque , un jeu que les Inuit aiment beaucoup. Ils disposaient les os sur le sol et les assemblaient, tantôt pour reconstituer la nageoire, tantôt pour représenter un traîneau avec des chiens ou un iglou et toute une famille.
    Mais les deux amis se lassèrent et décidèrent de changer de jeu : « J'ai une idée ! Si on jouait à se peindre le plumage ! » proposa Corbeau à Harfang.
    « Oh oui ! Ce serait très drôle ! Mais comment faire ? »
    Dans leur iglou, bien sûr, ils n'avaient pas de peinture sous la main. Mais Corbeau et Harfang étaient des oiseaux très malins. Ils mélangèrent la suie de la lampe à huile avec du gras de phoque et obtinrent ainsi une sorte de peinture noire très onctueuse. Ils la versèrent dans un petit récipient en pierre à savon. Leur nouveau jeu pouvait commencer !
    C'est Corbeau qui se lança le premier. Il tira une longue plume de son aile gauche, la plongea dans la peinture noire, et se mit à l'ouvrage. Il s'appliqua tant et si bien qu'aujourd'hui, Harfang porte encore les magnifiques touches noires que Corbeau lui a peintes sur les ailes !
    « Ça y est ! J'ai fini ! Tu peux maintenant te regarder dans la glace ! »
    Harfang s'approcha du bloc d'eau douce gelée qui dans l'iglou sert de fenêtre et de miroir. Il admira son reflet : ses nouvelles ailes, noires et blanches, lui plurent tout de suite.
    « Oh, bravo ! C'est magnifique ! »
    Et pour remercier Corbeau, Harfang lui offrit une très belle paire de kamiik, les bottes inuit en peau de phoque. Corbeau les enfila et se mit à sauter de joie en criant : « Merci ! Merci Harfang pour ce beau cadeau ! Je ne vais plus les quitter, elles sont vraiment très belles !
    — Bien, mais maintenant, c'est à mon tour de te peindre. Calme-toi un peu, que je puisse moi aussi te dessiner un beau plumage. »
    Harfang tira à son tour une plume de son aile, la trempa dans le récipient de peinture noire et tenta de peindre les ailes de Corbeau. Mais Corbeau, fou de joie, continuait de sauter, de bouger, de danser avec ses nouvelles bottes.
    « Arrête de bouger ! Comment veux-tu que je m'applique ? J'en mets partout ! » se plaignait Harfang.
    Mais Corbeau continuait de plus belle. Et plus Corbeau était joyeux, plus il dansait, et plus il dansait, moins Harfang réussissait à peindre de jolis motifs.
    Au bout d'un moment, excédé, Harfang prit le récipient plein de peinture noire et le renversa rageusement sur la tête de Corbeau.
    Depuis ce jour, les corbeaux sont noirs, tout noirs.
     
     

     


    13 commentaires
  • Bon mercredi !

    Le roi Gel et l'hiver

    Un homme veuf, père d'une petite fille, se remarie avec une femme qui a une fille. La marâtre fait travailler sans cesse sa belle-fille. Jalouse de sa beauté, elle veut se débarrasser d’elle pour que sa fille puisse faire un beau mariage. Elle ordonne au vieux père de la marier au roi gel en l'amenant dans la forêt. Le roi gel souffle du givre sur la jeune fille qui ne se plaint de rien. Il la couvrira de fourrure et de bijoux. Quand le père vient la chercher, il la trouve bien vivante, et la ramène à l'isba. La belle-mère, jalouse de tous ces trésors envoie sa fille qui, gémissante et méprisante refusera le roi gel et mourra gelée. 


    13 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique