• Bon jeudi !

    Sainte Alida

    Dicton du jour:

    Avril et mai sont la clé de l'année.

    Pensée du jour:

    Une légende d'Alsace

    ****

    Une légende explique l’origine du vent soufflant autour de la cathédrale.

    Autrefois, le Diable survolait la terre en chevauchant le vent. Il aperçut ainsi son portrait sculpté sur la cathédrale, sous l’apparence du Tentateur, courtisant les Vierges folles (Matthieu 25, 1-13). Il est re­pré­sen­té sous les traits d’un jeune homme sé­du­i­sant dont le dos s’ouvre : on en voit sor­tir des crapauds et des serpents, mais aucune des jeunes filles naïves au­x­quel­les il s’adresse ne le remarque.

    Très flatté et curieux, le diable entra dans la cathédrale pour voir si d’autres sculptures le re­pré­sen­tai­t à l’intérieur. Surpris par la messe du matin, le diable, retenu prisonnier dans le lieu saint, ne put en ressortir.

    Le vent l’attend toujours sur le parvis et hurle aujourd’hui encore d’impatience sur la place de la cathédrale.

     

    Le Diable, furieux, fait le courant d’air, au fond de l’église, à la hauteur du pilier des anges.

    Les vierges folles et le tentateur de la Cathédrale de Strasbourg


    15 commentaires
  • Bon vendredi !

    Sainte Ida

    Dicton du jour:

    Avril venteux, rend le laboureur joyeux.

    Pensée du jour:

    Strasbourg, ville hantée ?

    ****

     Au bord de l’eau, est assise « la lavandière », son battoir à la main. Souvent, et cela pendant des nuits entières, elle doit mettre dans l’eau et battre son linge, sans doute volé jadis. L’imprudent qui s’approche d’elle, se fait saisir par elle à la nuque. Elle le plonge et le replonge dans la rivière et lui fait avaler de l’eau sans arrêt. Souvent, il a beaucoup de peine à se dégager de la prise de cette femme fantôme. »

    Les berges de l'Ill à Strasbourg


    12 commentaires
  • Bon jeudi !

    Saint Jules

    Dicton du jour:

    À la saint Jules, mauvais temps, n'est pas installé pour longtemps.

    Pensée du jour:

    Strasbourg, ville hantée ?

     

    ****

    A l’entrée du port, il y a le fantôme du tonnelier. Il guette le passant solitaire avec un sourire méchant, afin de l’effrayer. De son vivant il a coupé le noble vin d’eau ; il est condamné à errer à cet endroit et on l’entend crier : « une chope de vin et une chope d’eau font aussi une demi-mesure ».

    Port de Strasbourg

    A suivre...


    12 commentaires
  • Bon mercredi !

    Saint Stanislas

    Dicton du jour:

    S'il gèle à la saint Stanislas, on aura deux jours de glace.

    Pensée du jour:

    Strasbourg hantée ?

     

    ****

    Dans le quartier du Finkwiller, situé au sud de la Grande île à Strasbourg, des lieux gorgés d’histoire, des légendes urbaines, tout est réuni pour croire en l’histoire qui nous a été contée sur les fantômes de Finkwiller.

    Quartier du Finkwiller

    « Il n’y avait pas seulement le petit cheval à trois pattes, qui, venant des Ponts Couverts, traverse le quartier à toute vitesse comme s’il était pourchassé par le Malin lui-même : on voit s’avancer, venant de l’autre côté de l’eau, du vieux couvent de Sainte-Marguerite et traversant la place des Charpentiers, une nonne tout pâle. Le cœur brisé par son amour sans espoir pour un jeune homme, elle erre en soupirant et en se lamentant.

    Les Ponts Couverts

    A suivre...


    14 commentaires
  • Bon vendredi !

    Sainte Xavière

    Dicton du jour:

     Décembre trop beau, été dans l'eau.

     

    A propos des guirlandes qui illuminent les sapins, la légende raconte qu'il y a bien longtemps, en Allemagne une maman s'affairait pour Noël.

    Pour ce faire, elle avait dressé le sapin, briqué sa maison, chassé les araignées à grands coups de balai.

    Effrayées, celles-ci étaient parties se réfugier au grenier.

    Le calme et la sérénité revenus, hardiment, les araignées redescendirent et découvrirent le sapin.

    Elles trouvèrent l'arbre si joli, qu'elles en entreprirent l'assaut le couvrant de leurs toiles grises et poussiéreuses.

    Quand le Père Noël arriva un peu plus tard pour distribuer les cadeaux, il fut ravi de découvrir nos araignées heureuses, pleinement satisfaites de leur savant maillage mais il pensa aussi à la tristesse de la maman qui allait retrouver son arbre enveloppé de toile grise.

    Du coup, pour satisfaire tout le monde et parce qu'il était aussi un peu magicien, le Père Noël transforma les fils grisâtres en fils d'or et d'argent.

    L'arbre se mit alors à scintiller et à briller de tous ses feux !

    il était devenu magnifique.

    C'est pour cette raison que depuis, nous couvrons les sapins de belles et brillantes guirlandes.

    C'est également pour cela qu'à Noël, il nous faudrait toujours glisser au milieu des branches du sapin, une gentille petite araignée.


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique