• Bon jeudi !

    Sainte Eugénie

    Dicton du jour:

    A la Saint Eugénie, dans la grasse Normandie les semailles sont finies.

    Pensée du jour:

    ****

    La légende du rouge gorge.

    C’était la deuxième nuit après Noël. Il faisait froid et le feu allumé à l'entrée de l'étable s'éteignait doucement. A l'intérieur, couchés sur la paille, chacun dormait en frissonnant. Le Bon Dieu, attentif du haut du ciel, interpella un petit oiseau gris et brun qui picorait à ses pieds : « Descend, et va ranimer le feu ; je ne veux pas que mon Fils ait froid ». L'oiseau s'envola et descendit vers Bethléem. Arrivé à l'étable, il s'approcha de ce qui restait du feu : un tas de cendre sous lequel couvaient quelques braises, et sur lequel restaient quelques branchages qui n'avaient pas encore brûlé. L'oiseau se percha sur une grosse bûche préparée devant le foyer et agita ses ailes. Peu à peu, sous la force du courant d'air, les cendres s'écartèrent, puis les braises se mirent à rougeoyer. Leur chaleur devint si forte que les plumes de la petite bête roussirent. Mais décidée à achever sa tâche, elle supporta la douleur jusqu'au moment où les flammes jaillirent, embrasant les branchages au dessus. La flamme réveilla Joseph, qui se leva pour nourrir le feu. Il se mit à faire bon dans l'étable. Alors, se tournant vers l'oiseau, saint Joseph lui dit : « Pour rappeler ton dévouement à l'enfant Jésus, ta poitrine gardera la couleur rouge du feu, et tu t’appellera désormais le rouge-gorge ».


    18 commentaires
  • Bon vendredi !

    Sainte Ella

    Dicton du jour:

    Février, le plus court des mois, est de tous le pire à la fois.

    Pensée du jour :

    ****

    Il était une fois trois arbres...

    Il était une fois, sur une montagne, trois arbres qui partageaient leurs rêves et leurs espoirs.

    Le premier dit: «Je voudrais être un coffre au trésor, richement décoré, rempli d'or et de pierres précieuses. Ainsi tout le monde verrait ma beauté».

    Le deuxième arbre s'écria: «Un jour, je serai un bateau solide et puissant, et je transporterai les reines et les rois à l'autre bout du monde. Tout le monde se sentira en sécurité à mon bord».

    Le troisième arbre dit: «Je veux devenir le plus grand et le plus fort des arbres de la forêt. Les gens me verront au sommet de la colline, ils penseront au ciel et à Dieu, et à ma proximité avec eux; je serai le plus grand arbre de tous les temps et les gens ne m'oublieront jamais».

    Les trois arbres prièrent pendant plusieurs années pour que leurs rêves se réalisent.  Et un jour, survinrent trois bûcherons. 

    L'un d'eux s'approcha du premier arbre et dit: «Cet arbre m'a l'air solide, je pourrais le vendre à un charpentier».  Et il lui donna un premier coup de hache.

    L'arbre était content, parce qu'il était sûr que le charpentier le transformerait en coffre au trésor.

    Le second bûcheron dit en voyant le second arbre: «Cet arbre m'a l'air solide et fort, je devrais pouvoir le vendre au constructeur de bateaux».
    Le second arbre se réjouissait de pouvoir bientôt commencer sa carrière sur les océans.

    Lorsque les bûcherons s'approchèrent du troisième arbre, celui-ci fut effrayé, car il savait que si on le coupait, ses rêves de grandeur seraient réduits à néant.

    L'un des bûcherons s'écria alors: «Je n'ai pas besoin d'un arbre spécial, alors, je vais prendre celui-là». Et le troisième arbre tomba.

    Lorsque le premier arbre arriva chez le charpentier, il fut transformé en une simple mangeoire pour les animaux. On l'installa dans une étable et on le remplit de foin. Ce n'était pas du tout la réponse à sa prière.

    Le second arbre qui rêvait de transporter des rois sur les océans, fut transformé en barque de pêche. Ses rêves de puissance s'évanouirent.

    Le troisième arbre fut débité en larges pièces de bois, et abandonné dans un coin.

    Les années passèrent et les arbres oublièrent leurs rêves passés.

    Puis un jour, un homme et une femme arrivèrent à l'étable.  La jeune femme donna naissance à un bébé et le couple l'installa dans la mangeoire qui avait été fabriquée avec le premier arbre.  L'homme aurait voulu offrir un berceau pour le bébé, mais cette mangeoire ferait l'affaire.  L'arbre comprit alors l'importance de l'événement qu'il était en train de vivre, et su qu'il contenait le trésor le plus précieux de tous les temps.

    Des années plus tard, un groupe d'hommes monta dans la barque fabriquée avec le bois du second arbre; l'un d'eux était fatigué et s'endormit. Une tempête terrible se leva, et l'arbre craignit de ne pas être assez fort pour garder tout son équipage en sécurité.  Les hommes réveillèrent alors celui qui s'était endormi; il se leva et dit : «Paix!»  Et la tempête s'arrêta.  À ce moment , l'arbre su qu'il avait transporté le Roi des rois.

    Enfin, quelqu'un alla chercher le troisième arbre oublié dans un coin; il fut transporté à travers les rues, et l'homme qui le portait se faisait insulter par la foule. Cet homme fut cloué sur les pièces de bois élevées en croix , et mourut au sommet de la colline.  Lorsque le dimanche arriva, l'arbre réalisa qu'il avait été assez fort pour se tenir au sommet de la colline et être aussi proche de Dieu que possible, car Jésus avait été crucifié à son bois.

    Chacun des trois arbres a eu ce dont il rêvait, mais d'une manière différente, de ce qu'ils imaginaient.

    Nous ne savons pas toujours quels sont les plans de Dieu pour nous.

     

    Nous savons simplement que ses voies ne sont pas les nôtres, mais qu'elles sont toujours meilleures si nous lui faisons confiance.


    18 commentaires
  • Bon jeudi !

    Sainte Marcelle

    Dicton du jour:

    Souvent fin janvier ne remplit pas le panier.

    Pensée du jour:

    ****

    Après avoir été arrêté et torturé, Jésus Christ a été coiffé d'une couronne d'épines. Après son crucifiement, un groupe de petits oiseaux commencèrent à les retirer. Selon la croyance populaire, ces oiseaux allégèrent sa souffrance. On considère les hirondelles comme sacrées pour cette raison.

    La relation entre les hirondelles et les épines du Christ ont pour origine, selon les croyances, le moment ou le Messie s’est retrouvé en face de la fameuse croix. Cette légende a perduré dans le temps et ces belles hirondelles furent associées à des croyances religieuses.

    La légende des hirondelles et des épines du Christ explique également l’anatomie de ces oiseaux migratoires. Selon la légende, le dos noir des hirondelles vient du deuil de la mort du Fils de Dieu. De plus, on dit que la tâche rouge au niveau de la poitrine représente les restes de la tâche du sang versé par le Christ quand les hirondelles lui ont retiré les épines.

     


    16 commentaires
  • Bon vendredi !

    Saint Paul

    Dicton du jour:

    À la conversion de saint Paul, l'hiver se rompt le cou, ou pour quatorze se le renoue. 

    Pensée du jour:

     

    ****

    La légende du papillon

     

    Un jour apparut un petit trou dans un cocon…

    Un homme qui passait là par hasard, s’arrêta de longues heures pour observer le papillon qui s’efforçait de sortir par ce petit trou. Après un long moment, ce fut comme si le papillon avait abandonné et le trou demeurait toujours aussi petit.

    Le papillon avait fait tout ce qu’il avait pu et il ne pouvait plus rien faire d’autre.

    L’homme décida d’aider le papillon. Avec un canif, il ouvrit le cocon et libéra le papillon.

    Celui-ci sortit aussitôt, mais son corps était maigre et engourdi et ses ailes peu développées bougeaient à peine.

    L’homme continua à observer, pensant que les ailes du papillon s’ouvriraient et seraient capables de supporter le corps du papillon afin qu’il prenne son envol.

    Il n’en fut rien !

    Le papillon passa le reste de son existence à se traîner à terre avec son corps maigre et ses ailes rachitiques.

    Jamais il ne put voler !

    Ce que l’homme, avec son geste de générosité, n’avait pas compris, c’est que le passage par le trou étroit du cocon, est l’effort pour que le papillon puisse transmettre la force de son corps vers ses ailes afin de pouvoir voler.

    C’est le moule à travers duquel la vie le fait passer pour grandir et se développer.

    Parfois, l’effort est exactement ce dont nous avons besoin dans notre vie.

     

    Si on nous permettait de vivre notre vie sans rencontrer d’obstacles, nous serions limités. Nous ne serions pas aussi forts. Nous ne pourrions jamais voler.


    22 commentaires
  • Saint François

    Dicton du jour:

    Si janvier est doux comme février, février est rude comme janvier.

    Pensée du jour:

    ****

    La légende du colibri : une légende amérindienne !

     

    Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

    Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »

    La morale de la légende du colibri

    Plutôt que de ne rien faire face aux problèmes environnementaux, sociaux ou économiques actuels parce que l’on se sent impuissant ou que l’on pense que la solution doit venir des autres, on peut agir avec ses compétences, à son échelle… Et même si pris isolément nos actes semblent dérisoires, c’est grâce à la somme des colibris que les choses changent.


    19 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique