• Bon dimanche !

    La vidéo s'écoute, il n'y a pas d'image

    La légende du sapin

     


    6 commentaires
  • Bon week end !

    La vidéo s'écoute, il n'y a pas d'image

     

    Un Noël de discorde

     


    12 commentaires
  •  

    Bon vendredi !

    Je vous invite à écouter pendant quelques jours, une série de contes de Noël racontés par Gilles Marie Buscot pour l'antenne de France bleu Alsace

    Le p'tit bonhomme et les pépins de pomme

    La vidéo s'écoute, il n'y a pas d'image


    17 commentaires
  • Bon mardi !

     

    Le fantôme du lavoir de Dangolsheim

    A Dangolsheim, tout petit village Alsacien, il existe au lavoir un fantôme prenant la forme d’un soldat romain. Et personne ne souhaite plus jamais le revoir. Un soir de 1914, alors que les habitants du village étaient réunis autour du lavoir pour discuter, ils entendirent du bruit dans le tunnel du lavoir. Celui-ci, disait-on, était un ancien souterrain romain, et personne ne savait où il menait. Une silhouette y apparut. C’était un soldat romain. Il traversa les barreaux qui barraient l’entrée du souterrain comme s’ils avaient été en coton, et s’immobilisa face aux villageois. Il leva le bras et salua en silence. Une larme coula de ses yeux. Puis, il fit demi-tour et disparut. Quelques semaines plus tard, la France entra en guerre. Alors les témoignages affluèrent, et on se souvint de ce fantôme romain qu’on avait aussi vu en 1870. Presque 30 ans plus tard, le fantôme revint. Il salua à nouveau silencieusement les Dangolsheimois, versa une larme et repartit. C’était en 1939 et depuis le mythe perdure…

    Le lavoir en grès visible aujourd'hui date du XIXe siècle.


    14 commentaires
  • Les noyaux de cerises


    Un dimanche après-midi, jour de son anniversaire, un jeune garçon gardait les bêtes du garde-forestier près du Haut-Koenigsbourg. Comme il s'ennuyait, il décida de grimper les rochers, malgré la menace du garde, car personne ne les avait escaladés et n'avait pu redescendre vivant. Le garçon y parvint quand-même et trouva au sommet des noyaux de cerises dorés répartis en petits tas ; un noyau plus gros invitait à jouer aux billes, ce qu'il fit. A chaque fois qu'il touchait un tas, les noyaux roulaient sur une plate-forme dans les rochers. Quand il ne resta plus rien, il regarda vers le bas : un nain ramassa les noyaux qui devinrent des pièces d'or, les mit dans une bourse, eut une mine dépitée et disparut. Le garçon dégringola le rocher mais comprit qu'au lieu de jouer, il aurait mieux fait de garder le trésor tout de suite...

    Château du Haut-Koenigsbourg


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique