• Pensée du jour:

    La légende du chardonneret élégant

    Le chardonneret passe pour être né dans le chardon.

    Le chardon épineux dont il se nourrit évoque la Couronne d'épines de la Passion, et par sa couleur le sang du Christ, symbolisé par les taches rouges de cet oiseau. On rapporte que le petit passereau voyant le Christ souffrir sous sa couronne d'épines tenta d'extraire les pointes aiguës qui mortifiaient la tête du fils de Dieu. Eclaboussé par ce sang précieux, le Chardonneret reçut en partage pour lui et ses descendants de conserver cette couleur rutilante qui avec le reste de son éclatant plumage roux jaune et noir en fait un des plus jolis oiseaux de nos pays.

    Chardonneret


    12 commentaires
  • Pensée du jour:

    La légende de la linotte


    A Toul est produit un vin que l’on appelle « le gris de Toul ». Un jour Saint Vincent , patron des vignerons décida de visiter le village de Lucey.

    Il apprécia la façon dont les habitants entretenaient leurs vignes.

    Lors de son inspection, personne ne l’avait reconnu. Fatigué par sa longue marche, il alla frapper à une maison à l’entrée du village, mais personne ne répondit.
    Il entra dans la maison et vit une cruche sur une étagère, ayant soif il se versa une grande rasade de ce nectar et le trouva fameux.
    Dehors un oiseau chantait de sa plus belle mélodie. Ayant reconnu le Saint, l’oiseau se posa sur sa main. Curieux Saint Vincent lui demanda :
    - Qui es-tu bel oiseau ?
    - Je suis une linotte et je chante pour les vignerons qui sont dans leurs champs.
    - Que me veux-tu ?
    - Je suis triste car tu peux le voir ma robe est grise et terme. Je veille fidèlement sur les vignes et n’en suit pas récompensée comme le rouge gorge qui lui porte un plastron orangé décoré par le Christ et le chardonneret est l’emblème de la province.
    - C’est fâcheux, que puis-je faire pour toi ?
    - Me donner une récompense.
    Saint-Vincent lui dit : goute ce vin que tu gardes fidèlement.
    L’oiseau s’exécuta, mais en plongeant son bec dans la cruche, il glissa et sa poitrine effleura la surface du vin. La gorge de la linotte formait une collerette bleutée.
    Le Saint lui dit : Tu as toi aussi obtenu une décoration.
    L’oiseau tout heureux remercia le saint et s’envola
    Depuis ce jour la linotte de vigne a cette magnifique tache de la couleur du vin qui la distingue des autres oiseaux

     


    12 commentaires
  • Pensée du jour:

    La légende du rossignol

    Cela se passait il y a bien longtemps ?
    si longtemps même que la date exacte en a été oubliée ?
    sur les pentes ensoleillées et arides de la montagne berbère. Dans l'entrelacement des branches noueuses d'un vieux cep de vigne qui avait poussé là, un couple de rossignols avait bâti son nid. Tandis que la jeune femelle couvait consciencieusement ses oeufs tout au long des jours et des nuits, le mâle, lui, volait à la recherche de moucherons sans trop s'écarter toutefois du nid, dont il assurait une garde vigilante.
    C'était en juin, et la vigne, sous l'action bienfaisante du soleil, poussait magnifiquement.

    Or, un soir, le rossignol, fatigué par des courses plus longues qu'à l'ordinaire, s'endormit profondément sur le bord du nid, pour ne s'éveiller qu'au matin.
    A sa stupéfaction, il constata alors que sa femelle et lui-même étaient devenus prisonnier des vrilles de la vigne, dont la poussée exubérante avait formé durant la nuit une cage inattendue.

    Après bien des craintes et des efforts, il parvint enfin à se libérer et à dégager sa couvée. Mais l'alerte avait été chaude.

    Pour se tenir éveillé, et ne plus s'exposer à l'avenir à semblable péril, il prit la décision de chanter chaque nuit.

    "Et ce chant, en souvenir de cette fâcheuse aventure, répète dit -on  dans son trille harmonieux, la phrase suivante : "je ne dormirai plus, jamais plus..."

    Rossignol

     


    15 commentaires
  • Pensée du jour:

    Un jour tous les oiseaux de la création se réunirent pour désigner leur Roi.

    Il fut décidé à l’unanimité que celui qui volerait le plus haut serait l’élu.

    Tous s’envolèrent, et les plus petits abandonnèrent les premiers la course.

    L’aigle, avec ses ailes immenses, parvint si près du soleil qu’il cru gagner.

    Il fut si sûr de sa toute puissance, qu’il commença à redescendre vers le sol.

    Quelle ne fut pas sa surprise, lorsqu’il aperçu trois pieds au-dessus de lui,

    Un tout petit oiseau, cet animal minuscule s’était accroché sur son dos,

    Et ainsi, était allé plus haut que lui, il avait donc le droit d’être couronné !

    Comme la supercherie était évidente, l’oiselet fut appelé le « Roitelet »,

    Et pour consoler le second, l’oiseau géant serait désormais « Aigle Royal ».

    Roitelet


    13 commentaires
  • Pensée du jour:

     

    La légende du mélèze

     

    Pendant la saison des couleurs un aigle se percha sur une branche tout près d’un mélèze et lui dit : « Bonjour grand mélèze, je te demande asile pour la saison des grands froids qui sera bientôt là.» Le mélèze grand et majestueux lui répondit : « Jamais je ne t’abriterais, tu perdras des plumes qui me saliront et ton nid déguisera ma belle prestance.»

    Il faut dire que le mélèze est très fier, il se tient droit comme une flèche et pointe sa tête très haut vers le ciel, ses aiguilles sont plus douces que celles des sapins et des pins, mais aucun oiseau n’est toléré sur ses branches.

    Et la saison des couleurs tire à sa fin, les arbres perdent leurs belles couleurs, ce seras bientôt la saison des grands froids, et l’aigle réitère sa demande à plusieurs reprises, et toujours le mélèze réponds : «Jamais, je suis bien trop majestueux pour t’abriter. Vas donc demander aux sapins et aux pins. » Puis par un matin beaucoup plus froid, après avoir encore demandé asile au mélèze, voilà que l’aigle se transforme sous les yeux ébahis du mélèze.

    « C’est moi le Grand Esprit, moi qui ai donné vie à toute la forêt, à toute vie. Le peuple des oiseaux m’a raconté comme ton cœur est dur et ton orgueil trop grand. Je me suis donc transformé en aigle pour venir t’éprouver. Les oiseaux avaient bien raison à ton sujet.»

    Le Grand Esprit irrité par la conduite du mélèze lui dit : « Dorénavant, à chaque saison des couleurs, tes aiguilles qui t’habille d’un beau vert, deviendront jaunâtres. Finalement tes aiguilles tomberont, tu seras dénudé pendant toute la saison des grands froids, tandis que les sapins et les pins qui abritent les oiseaux, eux, garderont leurs belles couleurs vertes.»


    11 commentaires