• C'est  l'automne !

    Bel automne à tous et bon mercredi !

     

    Les frères ennemis de Ribeauvillé

    Deux frères habitaient le Saint Ulric et le Girsberg. Ils avaient l'habitude de se réveiller chaque matin en tirant un carreau d'arbalète dans le volet du dormeur. Or, un jour ils se disputèrent parce que le plus jeune était amoureux de la fille du roi des ménétriers, ce que l'aîné ne pouvait admettre. Ils se séparèrent fâchés mais le lendemain, le plus jeune était calmé. Réveillé le premier, il envoya sa flèche au moment où son frère ouvrait son volet, et le tua. On dit que l'assassin involontaire, fou de douleur, ne put trouver le repos et que depuis ce jour maudit, la chasse infernale résonnait dans la forêt ; elle ne s'arrêta que longtemps après, lorsqu'un ménétrier, descendant de la jeune fille qui fut l'objet de la dispute entre les frères, supplia Notre-Dame de Dusenbach de mettre fin à ce supplice immérité. La chasse infernale s'arrêta et ses échos ne revinrent plus jamais.

    Chapelle et église Notre-Dame de Dusenbach

    Ribeauvillé


    15 commentaires
  • Bon mardi !

     

    Le sacristain roule le Diable

    Le forgeron et le charron de Saint Hippolyte étaient de bons ouvriers mais ils étaient criblés de dettes. Ils demandent de l'aide au sacristain dans l'espoir de récupérer quelque chose des trésors du Haut-Koenigsbourg, gardés par le diable. Le sacristain accepte, prononce une incantation et le diable apparaît dans un grand coup de tonnerre et un concert de cris. Apprenant le but de la visite, il accepte de leur donner cinq mille pièces d'or en échange de leur âme. Bien sûr le sacristain refuse catégoriquement. Le diable propose un autre arrangement : chacun réalisera un objet, s'il peut l'écraser entre deux doigts, son auteur appartiendra au diable. Chacun ramasse sa bourse. Ils reviennent au château dix ans après, très fiers de leurs réalisations. Mais les objets du forgeron et du charron ne résistent pas et ils disparaissent dans un trou. Le sacristain n'a qu'une petite bourse contenant du coton... et imbibée d'eau bénite. Le contact est fatal au diable qui disparaît à son tour dans le trou, où le sacristain jette enfin la bourse à laquelle lui n'avait même pas touché...

    Saint Hippolyte

    Château du Haut-Koenigsbourg


    13 commentaires
  • Bonne semaine à vous !

     

    La Femme de la Pluie


    Dans la haute vallée de la Bruche, on voit apparaître une femme coiffée d'un chapeau de paille et tenant en main un râteau. On l'appelle la Femme de la Pluie, elle se fait voir quand le temps va changer. Ce serait une servante du château de Salm qui partit un jour avec toutes ses richesses. Elle fut retrouvée et exécutée mais pas les trésors qu'on chercha longtemps sans succès, et elle passe l'éternité en météorologue pour expier sa faute.

    Légendes d'Alsace

    Ruines du château de Salm


    Vallée de la Haute Bruche


    13 commentaires
  • Bon week end !

    Une soupe au caillou

    Une froide nuit d’hiver, un vieux loup arrive dans un village d’animaux. Il frappe chez la poule et la convainc de lui ouvrir pour préparer sa soupe au caillou. Curieuse de voir un loup, et de goûter à sa soupe au caillou, la poule surmonte sa peur et accepte d’inviter le vieux loup chez elle. Ils se mettent donc à préparer la soupe au caillou. La poule propose d’ajouter du céleri. Peu à peu, ils sont rejoints par les autres animaux du village, inquiets, venus s’enquérir de la poule. Chacun apporte un légume de son goût, pour obtenir finalement obtenir une délicieuse soupe qu’ils partagent, ensemble, dans la bonne humeur : quel bonheur de goûter au plaisir d’une veillée entre amis ! 


    15 commentaires
  • Bon vendredi !

    Les douze mois

    Un homme veuf, père d'une petite fille, se remarie avec une femme qui a une fille. La marâtre fait travailler sans cesse sa belle-fille. Elle veut se débarrasser d'elle en l'envoyant chercher à trois reprises et en plein hiver, sous la neige, des violettes, des fraises, des pommes. A chaque fois la jeune fille survit à peine, mais se réchauffe dans une clairière à un feu entretenu par 12 frères qu'elle prend d'abord pour des rochers dressés. Ce sont les 12 mois, commandés par Janvier, leur aîné, qui laisse d'abord mars prendre sa place pour faire fleurir des violettes, puis juin pour les fraises et octobre pour les pommes. Mais elle ne rapporte que deux pommes. La mère voulant en obtenir davantage envoie sa fille, mais elle ne salue pas les 12 mois et meurt gelée. La mère part à sa recherche et subira le même sort, car leurs cœurs étaient aussi froid qu'un bloc de glace.


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique