• Bonne semaine !

    Le pelage de l'hermine est, en été, brun foncé dessus et blanchâtre dessous. En hiver, l'animal,  adopte une livrée entièrement blanche à l'exception de l'extrémité de sa queue qui reste noire.

    L'hermine et l'hiver.

    Un jour d'hiver, alors que la forêt était recouverte d'un beau manteau blanc, l'hermine se promenait pendant que ses amis dormaient en attendant le retour du printemps.
    « Que vais-je bien pouvoir faire, se demanda-t-elle, je m'ennuie toute seule »
    Elle essaya bien de réveiller quelques-uns de ses amis : l'écureuil, le hérisson, mais elle n'y parvint pas.
    « Bon, se dit-elle, puisque tout le monde dort et même Hector, le grand ours, je vais en profiter pour le taquiner. » Elle s'approcha doucement du museau d'Hector et souffla très fort.
    Celui-ci, qui ne dormait que d'un œil, poussa un grognement de mécontentement si impressionnant que l'hermine devint blanche de peur et s'enfuit à toutes pattes.
    Cependant, en se promenant ainsi le poil tout blanc, elle s'aperçut qu'on ne la remarquait pas et pouvait facilement échapper au loup et au renard.
    C'est pourquoi maintenant l'hermine garde son manteau blanc l'hiver en se faisant peur toute seule.

     


    17 commentaires
  • Bonne semaine à tous !

     

    Une semaine de légendes d'ici ou d'ailleurs.

     

    La momie de l'église Saint Thomas.

    L’église Saint Thomas est l’une des nombreuses curiosités de Strasbourg. Les visiteurs peuvent y admirer le fameux mausolée du maréchal Maurice de Saxe mais le sacristain, guide de cette église, les invite aussi à descendre dans les caveaux.

    Là, au centre de la pièce, ils découvrent un cercueil de verre dans lequel repose le corps embaumé d’une jeune fille. Habillée de sa robe de mariée, elle porte encore ses bijoux. Sa tête repose entourée de fleurs d’oranger. La jeune fille est très bien conservée mais pourtant le spectacle est hideux. D’une maigreur effrayante, la défunte ébauche un sourire affreux. Ses yeux enfoncés dans leurs orbites et ses joues extrêmement creuses font ressortir son nez qui parait beaucoup plus long.

    Cette scène fait régulièrement fuir les curieux qui préfèrent sortir au lieu d’écouter le sacristain leur raconter l’histoire de la jeune et charmante comtesse de Nassau qui décéda au moment de son union avec un noble chevalier alsacien.


    Une ancienne légende raconte que la momie de l’église de Saint Thomas revient à la vie en hiver, lors des bals. Chaque année on peut l’apercevoir virevoltant au milieu des danseuses. Elle a coutume d’apparaitre au bal donné au profit des pauvres. La jeune comtesse fiancée, morte il y a de ça trois siècles, valse avec un entrain endiablé au bras d’un cavalier. Aucun doute c’est bien elle, sa robe blanche, ses bijoux ainsi que sa maigreur squelettique, sa bouche grimaçante et ses yeux perdus dans leurs orbites en attestent. Echappée de son cercueil, elle danse, elle tourbillonne et offre son affreux sourire à qui la regarde.

     

    Église Saint Thomas



    17 commentaires
  • Saint-Hippolyte est placé au pied des Vosges. La commune domine à l’arrière sur un cône élancé, le château du Haut-Koenigsbourg et au milieu on trouve de riches vignoblesqui ont fait la réputation du village.

    Le sacristain roule le diable


    Le forgeron et le charron de Saint Hippolyte étaient de bons ouvriers mais ils étaient criblés de dettes. Ils demandent de l'aide au sacristain dans l'espoir de récupérer quelque chose des trésors du Haut-Koenigsbourg, gardés par le diable. Le sacristain accepte, prononce une incantation et le diable apparaît dans un grand coup de tonnerre et un concert de cris. Apprenant le but de la visite, il accepte de leur donner cinq mille pièces d'or en échange de leur âme. Bien sûr le sacristain refuse catégoriquement. Le diable propose un autre arrangement : chacun réalisera un objet, s'il peut l'écraser entre deux doigts, son auteur appartiendra au diable. Chacun ramasse sa bourse. Ils reviennent au château dix ans après, très fiers de leurs réalisations. Mais les objets du forgeron et du charron ne résistent pas et ils disparaissent dans un trou. Le sacristain n'a qu'une petite bourse contenant du coton... et imbibée d'eau bénite. Le contact est fatal au diable qui disparaît à son tour dans le trou, où le sacristain jette enfin la bourse à laquelle lui n'avait même pas touché...

    Diapo: Saint Hippolyte

     

     


    13 commentaires
  • La cascade du Nideck

    La cascade du Nideck, très connue, est sans doute l'une des plus belle d'Alsace. Un petit cours d'eau de montagne, si petit qu'on ne lui a même pas donné de nom, prenant sa source quelques centaines de mètres plus haut, se jette majestueusement du haut d'une paroi de porphyre. Plus bas dans la vallée, le petit ruisseau ira gonfler les eaux de la Hasel.

    La cascade du Nideck serait l'œuvre de la fille des géants qui habitaient le château. Elle doit sa limpidité à une jeune fille transformée en ondine par son enchanteuse de marraine pour la soustraire à la méchanceté du monde. On dit aussi qu'un garçon qui était tombé dans le bassin supérieur avait été sauvé de la noyade et transporté dans un château magique d'où il put partir mais qu'il ne put jamais retrouver.

     

     


    11 commentaires
  • Le meunier de l'Andlau

    Andlau est une commune viticole située dans le Bas-Rhin, en Alsace, c'est aussi une petite rivière qui prend sa source dans les Vosges.


    Une jeune noble qui résidait au château d'Andlau était tombée amoureuse d'un meunier des environs. Ils se retrouvaient clandestinement tous les soirs, tout en sachant que leur amour était sans espoir, jusqu'à un jour terrible où elle retrouva le meunier noyé dans la rivière. Elle n'y survécut pas. Depuis, on dit que la nuit, on peut voir deux fantômes descendre le cours de la rivière, chacun sur sa rive, en se faisant des gestes et en se lançant des appels repris par le vent, jusqu'au moulin où ils disparaissent.

    Diapo: Andlau

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique