• Bon jeudi !

    Pensée du jour:

    ****

    C’était au début du printemps.
    La Déesse - Nature jeta un coup d’œil sur la Terre et aperçut un immense domaine royal, entouré d’un jardin aussi large où il ne poussait que des chardons. Au milieu de son jardin, le Roi-Maître, qui s’appelait “ Lys ”, regardait d’un air chagrin autour de lui et pleurait. Il aurait volontiers offert une bonne partie de sa fortune si même une fleur s’était épanouie dans son jardin.
    Attendrie par sa souffrance, la Déesse décida d’accomplir ce désir mais pas avant qu’il fasse preuve d’humanité envers ses prochains. Ainsi, un jour, une envoyée de la Déesse, pareille à une pauvre vieille femme fatiguée par les années, s’arrêta à la Cour Royale en demandant asile et soin. Le Roi fut profondément touché par sa requête.
     

     

      

     

    On savait qu’une sorcière lui avait préparé une potion-miracle pour une jeunesse et une vie éternelle, avec la consigne de ne jamais se séparer de la liqueur. Mais sans hésiter, le Roi l’offrit à la petite vieille. Le lendemain, elle avait disparu comme par enchantement.

    Rêveur, le Roi se promenait à travers son jardin et il fut étonné de voir à la place de la forêt de chardons, des milliers de feuilles vertes. 

     

    La deuxième envoyée de la Déesse fut une très belle fille qui était aussi la plus pauvre de la contrée. Avait sonné l’heure de son mariage. Mais il lui était impossible de s’acheter la robe de cérémonie. De nouveau généreux, le Roi lui en fit don. Sa blancheur était d’un éclat sans pareil et les plis la rendaient si ample que deux pages devaient la tenir. A l’aube, la jeune fille n’était plus là.
    A sa place, dans le jardin, à côté des feuilles, il y avait des fleurs blanches et étincelantes dont les pétales ressemblaient aux plis de la robe de mariée.
    Le jardin royal devint un vrai paradis.

     

    Une raison de plus pour que les ennemis du Roi se préparent à le détruire ! Mais la Déesse-Nature veillait toujours sur lui et, de plus, elle était très contente de la noblesse qu’il avait prouvé devant la souffrance humaine. Voilà pourquoi elle dota les fleurs d’un parfum si fort qu’à la tombée du jour, quand les ennemis s’approchèrent du jardin, ils s’endormirent sur place. De bon matin, ils partirent honteusement, sans jamais penser à toucher les fleurs royales.  

     

    Dès lors, il y eut sur la terre : le Lys, cette fleur fort parfumée, d’un blanc étincelant, si délicate et tendre, comme les faits du Roi Lys, dans le jardin duquel la Nature l’a planté pour la première fois.   

     

     


    18 commentaires
  • Bon mercredi !

    Pensées du jour:

    ****

    Printemps !

     

    Pétulante saison colorée,

    Rien n'est comparable, en beauté !

    Infinie, belle et feutrée

    Nos jours se font, bleutés !

    Telle, une douce mélopée

    Envoûtante et parfumée,

    Magie de la nature éveillée

    Par ton charme ensoleillé,

    Si joliment de grâce, parée !

    Michelle


    17 commentaires
  • Bon mardi !

    Pensée du jour:

    ****

    Ma participation à "Mardi poésie"chez Lady Marianne:

     http://www.ma-chienne-de-vie.com

    J'ai choisi le thème "le printemps" car demain  il sera là !

    Premier sourire de printemps

    Théophile Gautier

    Tandis qu’à leurs œuvres perverses
    Les hommes courent haletants,
    Mars qui rit, malgré les averses,
    Prépare en secret le printemps.

    Pour les petites pâquerettes,
    Sournoisement lorsque tout dort,
    II repasse des collerettes
    Et cisèle des boutons-d’or.

    Dans le verger et dans la vigne,
    II s’en va, furtif perruquier,
    Avec une houppe de cygne,
    Poudrer à frimas l’amandier.

    La nature au lit se repose ;
    Lui, descend au jardin désert
    Et lace les boutons de rose
    Dans leur corset de velours vert.

    Tout en composant des solfèges
    Qu’aux merles il siffle à mi-voix,
    II sème aux prés les perce-neige
    Et les violettes au bois.

    Sur le cresson de la fontaine
    Où le cerf boit, l’oreille au guet,
    De sa main cachée il égrène
    Les grelots d’argent du muguet.

    Sous l’herbe, pour que tu la cueilles,
    II met la fraise au teint vermeil,
    Et te tresse un chapeau de feuilles
    Pour te garantir du soleil.

    Puis, lorsque sa besogne est faite,
    Et que son règne va finir,
    Au seuil d’avril tournant la tête,
    II dit : « Printemps, tu peux venir ! »

    Théophile Gautier (1811-1872)


    17 commentaires
  • Et bonne semaine !

    Pensée du jour :

    ****

    Deux asticots se retrouvent dans une pomme :
    - Tiens ! Je na savais pas que vous habitiez le quartier !

    ***

    La maman d'Émilie n'est pas contente.
    - Regarde, le lait a débordé, je t'avais pourtant demandé de regarder ta montre.
    - Mais je l'ai fait, il était exactement 8H10 quand le lait a débordé ! 

    ***

    Une mère dit à son garçon :
    -N'oublie pas que nous sommes sur terre pour travailler.
    - Bon, alors moi, plus tard je serai marin !

    ***

     
    Je suis inquiet, je vois des points noirs.
    - Tu a vu l'oculiste ?
    - Non, des points noirs ! 

    ***

    Si la tour de Pise penche vers la gauche, c'est qu'il va pleuvoir.

    Si elle penche vers la droite, c'est que vous arrivez par l'autre côté de la rue !

    ***

     

    Quelle est la différence entre la statue de la liberté et une vieille chemise pas lavée ?
    La statue de la liberté est colossale alors que la chemise est sale au col.

    ***

    Une dame invite son amie à prendre le thé. Son amie arrive et dit :
    - Hello !
    Et la dame répond :

    - Elle chauffe !

    ***

    Comment appelle-t-on un nain qui sort d'une boulangerie avec une baguette?

    Un agenda... car c'est un petit qu'a le pain.

    ***

    La Maîtresse de Maison s'étonne de voir sa femme de ménage essuyer les vitres avec un mouchoir.
    - Pourquoi n'utilisez-vous pas un chiffon ?

    - Mais madame, c'est un mouchoir à carreaux !

    *** 

     


    20 commentaires
  •  

     

    Bon dimanche !

    Pensée du jour:

    Florent Pagny - La beauté du doute


    10 commentaires