• Bonjour !

    Bon jeudi !

    Le parc des Contades à Strasbourg en automne

     Au lever du jour, en automne, dans le Parc de Contades, avec ses allées à l'ombre des grand arbres, ses aires de jeux et son fleurissement, dans le centre ville de Strasbourg.

    La villa Osterloff (ou manoir du Contades) a été construite en 1902, elle mélange les styles néo-Renaissance et art nouveau. La villa Osterloff est classée au Monuments Historiques depuis 1985. 

    Le kiosque à musique octogonale au centre du Parc de Contades à Strasbourg à été réalisé en fonte en 1882, il provient de la place Broglie ou il trônait face à l'Opéra, avant d'être déplacé en 1900 à son emplacement actuel.

     

    Le pont Abraham Deutsch ou pont du Contades

    Hêtres pourpres et platanes


    15 commentaires
  • Bonjour !

    Bon mercredi !

    Le parc de l'orangerie à Strasbourg en automne

     

    Le lac du parc et Le Temple de l'amour, il a été construit dans un style néo-classique vers 1800, de forme ronde, il comprend 10 colonnes blanches, son plafond est décoré de belles frises, il est inscrit aux Monuments Historiques depuis 1929.  

    Les canards du parc

    Les cigognes et les cygnes

    La terrasse en pierres et grès des Vosges construite au XIXe siècle, au bord l'étang, à l'est du Parc de l'Orangerie de Strasbourg.

    Le pont au-dessus du bras qui relie les deux partis du lac, au cœur du parc de l'Orangerie  dans les couleurs d'automne.

    Pavillon Joséphine

    Un banc blanc faisant face au jet d'eau du lac.

     


    13 commentaires
  • Bonjour

    Bon mardi !

    Pour le tableau du samedi chez:http://www.ma-chienne-de-vie.com/

     

    "Super voisine"

    Où l’on fait la connaissance d’une voisine folle de myrtilles.

    Une jeune femme est étendue dans une prairie. On devine qu’elle regarde la maison, au loin, perchée sur la colline… Que fait-elle ?
    Un mystère plane autour de cette œuvre du peintre Wyeth. Et il ne nous donne pas vraiment de clé pour la décrypter !

    Andrew Wyeth, Christina’s World, 1948, tempera sur bois, 81 x 121 cm, Museum of Modern Art, New York

    En réalité, le personnage de cette œuvre est Christina Olson, la voisine et amie de Wyeth. Si elle rampe ainsi, c’est parce qu’elle est atteinte d’une maladie dégénérative...
    Cela provoque des paralysies irréversibles qui l’empêchent de marcher, l’obligeant à se déplacer à la force des bras.

    Un jour, par la fenêtre, le peintre aperçoit sa voisine à terre ramassant des myrtilles. Désirant montrer au monde le courage de Christina, Wyeth se met au travail.
    Il réalise des dizaines de dessins préparatoires pour parvenir à rendre précisément son attitude. Il demande même à sa femme Betsy de lui servir de modèle pour peindre le buste du personnage.

    Le peintre reproduit ensuite le détail des bras déformés par la maladie de Christina.
    Wyeth explique : “Le défi pour moi était de rendre justice à son extraordinaire appétit de vie, alors que la plupart des gens considèreraient sa situation comme sans espoir.”

    Détail de l’œuvre


    19 commentaires

  • Ecrit après sa rupture avec la peintre Marie Laurencin, "Le Pont Mirabeau" est un des textes les plus célèbres d'Apollinaire, d'ailleurs, il a souvent été mis en chanson.

     Pour mardi poésie chez: http://www.ma-chienne-de-vie.com/

    Guillaume Apollinaire(1880 - 1918)

    Le Pont Mirabeau

    Sous le pont Mirabeau coule la Seine
    Et nos amours
    Faut-il qu’il m’en souvienne
    La joie venait toujours après la peine

    Vienne la nuit sonne l’heure
    Les jours s’en vont je demeure

    Les mains dans les mains restons face à face
    Tandis que sous
    Le pont de nos bras passe
    Des éternels regards l’onde si lasse

    Vienne la nuit sonne l’heure
    Les jours s’en vont je demeure

    L’amour s’en va comme cette eau courante
    L’amour s’en va
    Comme la vie est lente
    Et comme l’Espérance est violente

    Vienne la nuit sonne l’heure
    Les jours s’en vont je demeure

    Passent les jours et passent les semaines
    Ni temps passé
    Ni les amours reviennent
    Sous le pont Mirabeau coule la Seine

    Vienne la nuit sonne l’heure
    Les jours s’en vont je demeure

     

    Le Pont Mirabeau à Paris  


    19 commentaires
  • Bon dimanche !

     

    Beauté du jour qui se lève

    Où le calme aspire au rêve,

    Nuance furtive, de la nuit qui s'achève !

     

    Déjà, l'aube diaphane s'enfuit...

    Irréelle parfois, sans aucun bruit !

    Merveille , semblable à un dessin,

    Ambiance feutrée d'un doux matin,

    Nouveau jour, nouvelle matinée,

    Chaleur exquise, douce mélopée !

    Havre de paix, jour du Seigneur,

    Ephémère adagio d'un matin bonheur !

    Michelle


    12 commentaires