• Une succulente recette de ma Lorraine natale !

    "De toutes les passions, la seule vraiment respectable me paraît être la gourmandise" Guy de Maupassant

    Le Pâté lorrain

    Le pâté lorrain est un pâté en croûte, un grand classique de lorraine que l'on déguste
    de préférence tiède ou chaud accompagné d'une salade.

    Ingrédients pour 4 personnes:
    250 g d'échine de porc
    250 de noix de veau
    2 échalotes
    1 petit bouquet de persil
    1 branche d'estragon
    2 gousses d'ail
    1 branche de thym
    1 oeuf
    1 dl de vin blanc sec (gris de
    Toul pour rester en Lorraine)
    1 rouleau de pâte feuilletée

    Préparation


    1- Faire mariner les viandes la veille: Les découper en lanières puis en dés d'1 cm environ. Les placer dans un saladier
    puis ajouter l'ail, le persil, l'estragon, les échalotes finement ciselés et hachés. Effeuiller le thym et mouiller avec
    le vin blanc. Saler, poivrer, bien mélanger et recouvrir d'un film alimentaire. Réserver au réfrigérateur 12 h.

    2- Le lendemain, préchauffer le four à 200°. Egoutter la viande.

    3- Ouvrir le rouleau de pâte en conservant sa feuille de papier sulfurisé. Déposer sur la plaque de cuisson.

    4- Disposer la farce au centre en forme de gros boudin et en laissant quelques cm libres tout autour. Rabattre les 4 côtés en commençant par les extrémités, retourner le pâté  pour que la pliure soit dessous.

    5- Badigeonner de jaune d’œuf battu. Creuser un trou au centre pour former une cheminée et réaliser un quadrillage pour la décoration avec la pointe du couteau.  Enfourner pour 45 mn. Vérifier la cuisson et remettre 10 à 15 mn si nécessaire.

    Il est possible de réaliser des petits pâtés lorrains individuels. Dans ce cas, diminuer un peu le temps de cuisson.



    .


    17 commentaires
  • A toutes les Michelle, mais aussi Michel,Micha, Michał, Michaël, Michaëla, Michèle, Mick, Mickaël, Mickey, Micky, Miguel, Mikaël, Mikaëlle, Mike, Mikhaïl, Misaël, Misha


    Quand le vent est au nord le jour de la Saint Michel, le mois d'octobre est au sec.

    Quand l'hirondelle voit la Saint Michel, l'hiver ne vient qu'à la Noël.

    Toutes les pluies perdues, à Saint Michel rendues

    Bise à la Saint Michel, octobre sec.

    Pluie de Saint Michel sans orage, d'un hiver clément le présage.

     

    Saint Michel terrassant le Démon (fontaine Saint-Michel, place Saint Michel à Paris.

    Saint Michel est mon Ange gardien, Michel  signifiant « Qui est comme Dieu ? ») est un des trois archanges (avec Raphaël et Gabriel), chef de la milice céleste, il est principalement représenté avec des attributs guerriers, en chevalier ailé qui terrasse le Diable (allégorie de la victoire de la foi chrétienne sur le mal). Il est également représenté avec la balance du jugement dernier, juge et guide du salut des âmes pour l'Enfer ou le Paradis.


    17 commentaires
  • Paysage d'automne !

    Baignant le paysage

    D'une lumière exquise,

    Le soleil frais du matin

    Dardait ses rayons

    Sur le feuillage automnal

    Rouge et or des arbres !

    Une mousseline de brume

    Vaporeusement se dissipait...

    Laissant place au jour

    Dans la fraîcheur

    Bienfaisante, d'une belle

    Journée d'automne !

    Michelle


    17 commentaires
  • Bon mardi !

    "Trop positif ?"

    Où l’on découvre que Vincent Van Gogh est devenu tonton.

    Vincent Van Gogh et son frère Théo s’adorent. En témoigne leur abondante correspondance qui compte plus de 600 lettres !

    Lorsque Van Gogh apprend la naissance du fils de Théo, sa joie est immense.
    Surtout que Théo lui demande d’être le parrain, et nomme le bébé Vincent, en son honneur : "Nous lui avons donné ton nom et je fais le vœu qu’il soit aussi courageux et déterminé que toi." Heureux, le peintre prend vite ses pinceaux pour offrir un cadeau à son neveu…


    Vincent Van Gogh, Portrait de Théo Van Gogh,1887, huile sur carton, 19 x 14 cm, Musée Van Gogh, Amsterdam

    Sur un fond bleu ciel, Van Gogh représente des branches d’amandier en fleurs. L’arbre n’est pas choisi au hasard. Les amandiers sont en effet parmi les premiers arbres à fleurir, parfois au cœur de l’hiver. Ils annoncent le printemps et sont le symbole d’une vie toute neuve, parfaitement approprié pour une naissance.
    Ce sujet plein d’espoir peut surprendre, quand on sait qu’à l’époque Van Gogh est particulièrement tourmenté !


    Vincent Van Gogh, Amandier en fleurs, 1890, huile sur toile, 73 x 92 cm, Musée Van Gogh, Amsterdam

    Le tableau montre également le goût de l’artiste pour l’art japonais. À l’époque, les deux frères se passionnent pour les estampes, ces images populaires importées du Japon.
    Ils en achètent des quantités !

    On y voit souvent des végétaux représentés avec un contour fin et se détachant sur un fond sobre.
    Fasciné par cette manière de représenter la nature, Van Gogh tente de la reproduire dans ses toiles.

    Détail de l’œuvre

    Hélas, en peignant sa toile, Vincent Van Gogh aurait pris conscience du contraste entre sa propre misère affective et le bonheur de son frère.
    Ironiquement, après avoir achevé ce tableau qui se voulait une belle preuve d’optimisme, le peintre sombre à nouveau dans un épisode dépressif. Épuisé, il meurt quelques mois seulement après avoir achevé l’Amandier en fleurs...

     
     
     

    12 commentaires
  • Bonne semaine à tous !

    Arthur Rimbaud  (1854-1891)

    J'aime ce poème où la nature est extrêmement présente, c'est une nature bienfaisante et harmonieuse,elle réunit l'eau, le soleil et la végétation.L'auteur évoque un"soldat" on peut croire qu'il dort comme veut nous le faire croire le titre du poème hors, ce n'est qu'au dernier vers que Rimbaud évoque explicitement le décès du soldat:les deux trous rouges,qui sont les marques de la baïonnette ou de l'arme à feu, rappellent le "trou de verdure", contraste entre le gai et le triste qui rend ce poème très touchant.

    Le dormeur du val

    C'est un trou de verdure où chante une rivière,
    Accrochant follement aux herbes des haillons
    D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
    Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

    Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
    Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
    Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
    Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

    Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
    Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
    Nature, berce-le chaudement : il a froid.

    Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
    Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
    Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

    Le Dormeur du val est un sonnet en alexandrins.


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires