• Bon week end !

     A Burbach dans le Bas Rhin, la place principale du village n'accueille aucun calvaire ou autre grotte de Lourdes, mais un imposant rhinocéros en pierre.

    Ce monument relate les importantes fouilles archéologiques qui révélèrent, au milieu des années 1920, des fossiles d'animaux préhistoriques.



    13 commentaires
  • Bon vendredi!

    Autre patrimoine atypique du Haut Rhin, la météorite tombée à Ensisheim en novembre 1492. 127 kilos tout de même, mais un enfant en seul témoin.

    Ce dernier guida les villageois vers la météorite, qui fut surnommée dans les chroniques de l'époque Donnerstein, soit "pierre de tonnerre". Elle est aujourd'hui conservée au musée municipal. La chute de la météorite d'Ensisheim est la plus ancienne répertoriée en Europe. 

    Le matin du 7 novembre 1492, une météorite de pierre de 127 kg est entrée à grande vitesse dans l'atmosphère terrestre. La météorite a laissé derrière elle une vive trainée lumineuse, avant de s'écraser dans un champ de blé, à proximité de la ville d'Ensisheim.

     

     

     


    19 commentaires
  • Bon jeudi!

    A Hombourg, dans le Haut-Rhin on a eu la drôle d'idée de construire le Château Burrus en même temps que la Ligne Maginot. De style médiéval, le château est pourtant construit entièrement en béton armé.

    Ce projet un peu fou a été mené par l'industriel Maurice Burrus (1882-1959), qui s'est servi du château comme d'une étable dernier cri.

    Cette construction originale est l’œuvre d’un homme, un visionnaire un peu fou : Maurice Burrus (1882 – 1959). Dans tous ses projets, Maurice Burrus décide un jour de construire sa forteresse médiévale idéale. Mais il n’a que faire d’une nouvelle résidence, alors il préfère y mettre une étable !

    Le château Burrus voit le jour en 1930 pour abriter près de 150 animaux dans un bâtiment très moderne pour l’époque avec des abreuvoirs automatiques et des silos cachés dans les 4 tours.
    Une résidence princière pour des vaches heureuses…


    20 commentaires
  • Bon mercredi !

    L'Abbatiale Saints Pierre-et-Paul d'Ottmarsheim détruite par les flammes : on pouvait se douter que tout n'était pas d'origine dans ce lieu sacré du XIème siècle, magnifiquement conservé. Mais étrangement, ce n'est pas pendant le Moyen-Âge ou durant les guerres mondiales qu'elle fut le plus durement touchée... mais en 1991, lorsqu'un incident électrique déclencha un incendie qui ravagea une partie de l'intérieur de l'église, son toit, ses cloches et son orgue. Des siècles sans pépins pour se faire trahir par un fusible qui saute...

     


    18 commentaires
  • Bon mardi !

    La Knack

    Comment reconnaître un Français de l'intérieur d'un Alsacien ? Le premier dira : Saucisse de Strasbourg, le second : Knack. Une vraie saucisse alsacienne fait systématiquement ce bruit quand on l'éclate. Knack ! Son nom vient de là. Tout bêtement. Faites le test chez vous. Les cochonneries industrielles à base de graisses trafiquées qu'on nous vend en supermarché ne feront jamais ce petit bruit caractéristique.

    La knack est une spécialité culinaire alsacienne, et plus particulièrement strasbourgeoise, dont les origines remontent au XVIe siècle. Il s'agit d'unesaucisse longue et fine, légèrement incurvée, à base de viande de bœuf et de porc. Traditionnellement assaisonnée avec des épices et du sel et embossée dans un boyau naturel de mouton, cette charcuterie à pâte fine est légèrement fumée à chaud au bois de hêtre, ce qui donne à sa chair la couleur rose, brune ou orange foncée. Elle doit son nom au verbe allemand knacken, qui décrit le bruit que fait la saucisse quand sa peau éclate sous la dent.

     



    11 commentaires