• Bon mardi !

    La Dame blanche de la Cathédrale de Strasbourg

    La cathédrale Notre-Dame de Strasbourg  est une cathédrale catholique romaine construite à Strasbourg, représentative de l'architecture gothique. Avec ses 142,11 mètres, après avoir été l'édifice le plus haut du monde de 1647 à 1874, elle est actuellement la deuxième plus haute cathédrale de France après celle de Rouen, achevée en 1876, et culminant à 151 mètres. Avec plus de 4 millions de visiteurs par an, elle est la deuxième cathédrale la plus visitée de France après Notre-Dame de Paris. Elle est reconnaissable par son unique clocher surmonté d'une flèche.

    « Prodige du gigantesque et du délicat » selon Victor Hugo, la splendeur de la cathédrale est visible de très loin dans la plaine alsacienne et peut être aperçue d'aussi loin que les Vosges ou que de la Forêt-Noire. Elle se situe dans un quartier entouré par la rivière l’Ill, sur la place de la cathédrale, au cœur du centre ancien de Strasbourg.

    Une dame blanche s'élève durant certaines nuits, de la crypte de la Cathédrale; elle glisse à travers toutes les chapelles et monte lentement vers la flèche de l'édifice. Elle est si belle, que ceux qui l'aperçoivent, sont obligés de la suivre.

    Un jeune gardien de la tour, fut ainsi subjugué par la beauté de cette apparition et il la suivit, la dame blanche flotta dans l'air devant lui et s'éleva de plus en plus. Le gardien la poursuivit, voulut l'étreindre... mais il n'y eut qu'un grand cri affreux et le lendemain, on retrouva le corps démantelé du jeune gardien, sur la place de la Cathédrale.
    On raconte que même à l'heure actuelle, on peut voir la belle Dame Blanche et entendre le cri du jeune homme.

    Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg

    Le frontispice


    Le tympan du portail principal.

    La Nef

    La crypte romane du XIe siècle.

    Le grand orgue en nid d'hirondelle

    Le pilier des Anges

    Vitrail sur la bénédiction de la vierge.

    L'horloge astronomique


    21 commentaires
  • Bon lundi !

    La Dame blanche de la forêt de Neubois

    Neubois est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

    Quelle est la différence entre les apparitions de la Sainte Vierge et les manifestations des Dames Blanches ?
    La Sainte Vierge est souvent décrite comme une Dame au visage doux et harmonieux entourée d'une auréole lumineuse, vêtue de blanc et de bleue, et qui délivre très souvent un message.

    Les apparitions de la Dame Blanche sont beaucoup plus vague ; très souvent elles ont une forme fantômatique et on distingue légèrement son visage.

    Au siècle dernier, la ville de Neubois fut prise d'un engouement pour une apparition d'une "Dame". Il faut vous expliquez qu'à l'époque cette région alsacienne était occupée par les Allemands.
    Les premiers témoins à voir cette vision dite divine furent 3 fillettes qui ramassées des myrtilles.
    La Dame "Blanche" se manifesta tous les jours, entre 1872 et 1876, à des milliers de pèlerins qui voyaient un signe d'une future délivrance de l'envahisseur allemand.

    Les habitants de la commune de NEUBOIS furent ériger une statue de la Sainte Vierge sur l'emplacement de la dite apparition. Mais pour que ce site soit considéré comme miraculeux, il faut qu'il soit validé par le Vatican chose qui n'a jamais été faite.

    Alors est-ce la Vierge ou une Dame Blanche???

    Le village de Neubois

    Statue de la Madone au dessus du village de Neubois

    L'archange Saint Michel terrassant le dragon situé à proximité de la statue Notre Dame de Neubois

    Oratoire de Notre Dame de la source situé dans les bois de Neubois

     


    22 commentaires
  • Bonne dimanche!

    Après les châteaux hantés, voici venir quelques Dames blanches pour la semaine, et il y en a beaucoup.

    La Dame blanche Diurne de la Coline de Koepfle  (Haut Rhin)

    C'est sur une colline des environs de Didenheim petit village du Haut Rhin qu'une Dame Blanche qui se manifeste le jour,phénomène plutôt rare, il faut, en effet, que leur création soit récente ou que leur énergie soit très forte pour qu'elles se matérialisent en plein jour.
    Avec le temps une dame blanche diurne s'use comme une batterie.
    La dame blanche, apparait encore très souvent sur la petite colline dite de Koepfle, située entre Didenheim et Zublisheim et toujours l’après-midi.

    Invariablement souriante,elle descend jusqu'à l'Ill, près du moulin de Biszmülh, tenant en ses mains une aumônière.
    Elle est vêtue a la mode médiévale. Au bord de l'eau elle lave son visage et ses cheveux, puis elle remonte vers la colline en pleurant et disparait en un endroit où, la nuit, sortent du sol des flammes bleutées.

    Didenheim


    16 commentaires
  • Bon week end !

    Le château de Martinvast

    Reconstruit de 1579 à 1581, après sa totale destruction pendant la guerre de Cents Ans (1337 à 1453), le Château de Martinvast n'a gardé de l'époque médiévale que son donjon.
    En 1867, le château fut vendu au banquier de la famille royale de Prusse : le Baron Arthur De Schickler, qui le transforma en château gothique. Une galerie médiévale fut ajoutée et une aile du même style, reliant le donjon au reste de la bâtisse, fut édifiée.

    En 1944, suite à un violent combat, une bombe incendiaire brûla la partie XVIe tandis qu'une bombe soufflante détruisit la moitié de l'aile néo-gothique (XIXe). Après la guerre, la Comtesse Hubert De Pourtales, sépara des ruines la partie de l'aile néo-gothique encore intacte. Cependant, il fallut attendre l'acquisition de la demeure, en 1962, par son petit fils, l'actuel propriétaire, le Comte Christian De Pourtales, pour voir la résurrection de la bâtisse. En 1967, le Comte entreprend la restauration de l'aile et c'est en 1995 qu'une galerie de liaison, destinée à relier cette aile avec la partie intacte du château, voit le jour. Aujourd'hui, les jardins ainsi que le château sont ouverts au public avec des chambres d'hôtes et des salles de réceptions.

    Le spectre qui hanterait ces lieux depuis plus de 60 ans, serait celui d'une jeune fille que la rumeur populaire nommerait Sophie (information incertaine). Elle apparaîtrait toutes les nuits de la St Jean, en réclamant de l'huile. La St Jean célèbre le solstice d'été et elle est traditionnellement accompagnée de grands feux. Aux dires des habitants, il s'agirait d'une jeune femme morte dans des circonstances mystérieuses au château durant la seconde guerre mondiale. Un homme hanterait plus brièvement les lieux. Malheureusement les archives ont brûlées durant l'incendie de 1944, et le propriétaire de l'époque est décédé quelques mois après la vente de la bâtisse…ce qui ne fait qu'épaissir le mystère.


    18 commentaires
  • Bon vendredi !

    Le château du Rocher

    Le château du Rocher à Mézangers en Mayenne est une demeure qui se reflète avec charme dans un étang. Construite en granit, elle est éclairée de fenêtres hautes et cantonnée de tours à toits pointus. Une galerie de cinq arcades en anse de panier, animant la gracieuse façade Renaissance, relie l'ancien corps de logis du XIIIè siècle à la chapelle du château (XIVè). Jardins à la française. Le château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 13 août 1963.


    La Dame blanche du château du Rocher est en réalité une Dame verte ! Variante qui s'explique par la couleur des vêtements de ces fantômes, peut-être pour, disent des légendes d'origine celtes, mieux se fondre dans les feuillages... Et ça tombe, bien, parce qu'ici, la Dame verte, fantôme d'Eléonore de Bouilé, duchesse du Lude et dame du Rocher de 1644 à 1665, a pratiquement passé sa vie dans les bois à chasser ! Une sorte de Diane, alors ? Non, car son portrait n'est pas très flatteur : on la dit dure, hautaine, très originale ; pour tout dire, on la craignait autant qu'on la détestait. Passionnée de chasse, elle entre un jour à cheval avec sa meute de chiens dans l'église des Bénédictines d'Etival-en-Charnie (Sarthe).

    Un autre jour, elle aurait fait ôter la vie d'un paysan qui l'aurait vue tomber de cheval et se retrouver dans une posture peu avantageuse... Vous voyez un peu le personnage ! Le mémorialiste Dangeau en dit : « Elle était sans cesse dans ses terres, ne se plaisait qu'à ses chevaux et faisait trembler tout le pays. » Mais oui, vous avez bien entendu, son écurie lui servait de résidence secondaire...

    A la Cour, madame de Sévigné se souvient d'une scène ne particulier : le « cinéma » que madame fait en apprenant que son mari part pour la guerre : elle se met à bourrer son chapeau de coup de poings en pleurant d'une façon un peu exagérée : « Elle avait un chapeau gris qu'elle enfonçait dans l'excès de ses déplaisirs... » Celle qu'on appelait la « grande chasseresse de la forêt de Charnie » devient après sa mort la célèbrissime Dame verte du Rocher. Pourquoi Eléonore revient hanter son château ? Personne ne le sait ! En tout cas, elle meurt en 1681, sans descendance, après avoir cédé son château en 1665 à son beau-frère, le duc de Roquelaure... mais ça, c'est une autre histoire !

    Château du Rocher

     


    19 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires