• Une étoile est née

    Bonne semaine à tous !

    Une nouvelle étoile est née !
    C'est le début d'un ballet
    Scintillant, gracieux et léger
    Comme l'est cette jolie poupée
    Qui est, ma petite fille adorée !

    Une étoile est née

    Premier cours de danse pour Lara ma petite fille

    Gros bisous princesse !


    16 commentaires
  • Bon dimanche !

    Une dernière feuille d'automne 

      


    Dans le petit village de Ste-Monique tous les gens se tenaient par la main. Ils partageaient peines et joies. On disait même de ce village qu'il était le village de l'Amitié avec un grand A.

    Un jour, plus merveilleux que tous les autres, le soleil dansait dans le ciel et un vent tout doux et tout léger faisait valser les feuilles multicolores de l'automne. La journée s'annonçait si belle.

    Malheureusement, une mauvaise nouvelle planait dans le petit village de Ste-Monique malgré le beau temps. Catherine la cadette de la famille Duclos semblait paraît-il atteinte d'une maladie mystérieuse. Le docteur pensif ne trouvait aucune solution au problème de la petite Catherine, hélas!

    Mathieu adorait sa petite soeur de quatre ans et c'est avec beaucoup de chagrin qu'il la surveillait. Bien sur, les parents de Catherine étaient très inquiets.

    Un jour, plus inquiets que jamais, ils firent venir le docteur à la maison. Le docteur accourut très vite chez les Duclos.

    Mais il ne semblait trouver d'autres solutions. Il regardait Catherine et dit à ses parents: « Vous savez, chers amis, il me semble évident que Catherine est affectée d'une maladie très rare. Mais la médecine n'est pas encore à point pour trouver le remède efficace. Vous savez, Catherine, partira bientôt, j'en ai bien peur. Je crois même qu'elle partira à la tombée des si belles feuilles d'automne » les parents étaient atterrés par cette triste nouvelle.

    Cependant, Mathieu avait tout entendu de la conversation du docteur. Il avait tendu l'oreille près de la porte et se dit en lui-même: « Catherine ne partira pas, je la sauverai. » Plus décidé que jamais, Mathieu courut à la chambre de couture de sa maman. Il prit une grosse balle de laine, une grande aiguille...

     Que fera-t-il?

    Mathieu sortit par la porte de derrière en cachette et se rendit tout près d'un très bel arbre. « Oh » dit-il, j'ai oublié l'escabeau. Il se dépêcha d'aller la chercher et revint près de l'arbre. Il monta sur l'escabeau avec sa balle de laine et son aiguille...Et voilà ce que l'amour de Mathieu lui avait suggéré. Mais oui, attacher toutes les feuilles des arbres. Et de cette manière les feuilles resteraient attachées aux arbres et Catherine ne partira pas.

    Mathieu eut beau essayer, mais il y avait tant de feuilles qu'il désespérait. Mais une surprise l'attendait. La fée de l'amour lui apparut, l'embrassa et lui dit ceci: « Mathieu, tu aimes tellement ta petite soeur Catherine que mon coeur est attendri. Tes parents sont merveilleux et je sais que tous les enfants rêveraient d'avoir des parents comme eux. »

    Alors la fée de l'amour, de ses mains en forme de coeur dessina une feuille d'automne magique. Celle-ci préserverait les feuilles à Mathieu qu'il avait attachées avec tant d'amour.

    Ce fut vrai, la feuille magique avait laissé tomber toutes les feuilles sauf celles de Mathieu. Et par le fait même Catherine fut sauvée miraculeusement,

    Le docteur était stupéfait et si heureux. Les parents de Mathieu et Catherine pleuraient de bonheur. Et bien sûr les gens de Ste-Monique firent la fête.

    Catherine avait repris ses couleurs. Ses petites pommettes roses se dessinaient à nouveau. Tout son petit corps reprit vie. Oui, Catherine était vraiment sauvée. Et elle dit de sa voix douce: « Le petit Jésus m'a sauvé. » Et Mathieu répliqua, il a envoyé la fée d'amour et c'est mon secret, petite taquine »

    Le bonheur régna à nouveau dans le village. Tous les gens connurent l'histoire de Mathieu et ils furent si touchés. On en parla très longtemps de cette dernière feuille d'automne.

    Et voilà! N'oubliez jamais que l'amour peut faire gagner bien des batailles. Il suffit d'y croire aussi fort que Mathieu.

     


    11 commentaires
  • Bon week end !

    Je suis absente ce week end, je vous retrouve lundi bonne visite chez moi

    La feuille de chêne et le gland

    "Pssst... !
    - Mmm... ?
    - He, pssst ! Le gland !
    - Qu'est-ce qu'elle veut la feuillette ?
    - Mais regarde-moi quand je te parle !
    Pshchitt. Le gland pivote sur lui-même.
    - Alors ? Tu ne remarques rien ? insiste la feuille de chêne dentelée.
    - Et que suis-je sensé remarquer ?
    - Tu ne vois donc pas ces petites tâches jaunes ici ?
    - Mmmmouais...
    - Et les grosses tâches brunes que j'ai là ?
    - Mmmmouais...
    - Quoi !? Mouais !? Je suis malade, couverte d'horribles tâches, et c'est tout ce que tu trouves à dire ?!!!
    - Mouais ! répond le gland moqueur.
    - Puis il fait volte-face : pschitt !"

    Le lendemain...
    "Pssst... !
    - Prout.
    - He, pssst, feuillette, tu boudes ?!
    - Re-prout.
    - Bon d'accord, je suis désolé... Tu m'écoutes feuillette ?
    - Et qu'est-ce qu'il me veut le gland ?
    - Et bien, c'est très curieux... Je me sens... comment dire... tout bizarre de la tige.
    - Ben voyons...
    - Attends, je te montre.
    Le gland pivote sur lui-même : pschitt-crac !
    - Aïe ! Tu vois, je crois que ma tige est en train de me lâcher.
    - Bien sûr, et moi j'ai attrapé la jaunisse !
    - Quoi !? Je me balance dans les airs à vingt mètre de haut, ma vie ne tient plus qu'à un fil, et c'est tout ce que tu trouves à dire ?!!!
    - Mouais !" répond la feuille en singeant le gland.
     Puis elle se remet à compter ses tâches.


    10 commentaires
  • Bon vendredi !

    Comme nous sommes en automne, pour terminer cette série sur cette jolie saison, je vais vous raconter 3 petites histoires d'automne.


    Les jours raccourcissent mais le soleil chauffe et illumine la forêt. Les feuilles tombent et forment un tapis rouge et or. Un ru se dandine au pied des grands arbres qui en profitent pour admirer les bruns profond de leur troncs noueux. Le lieu est calme, serein même.

    Soudain une fée apparaît et de sa baguette anime ce monde. Des lutins arrivés de nul part jouent tout heureux. Des rires, des chants secouent la torpeur ... Des lapins curieux sortent de leur terrier et font des cabrioles. Le renard affamé les observe du coin de l’oeil. Une telle aubaine ne se renouvellera pas se dit-il, il les pourchassent mais la fée l’en empêche « Toi, le renard, tu te tiens tranquille, je t’ai apporté de quoi manger, alors laisse les lapins en paix, aujourd’hui c’est jour de fête » Le renard baisse la tête accablé et se réfugie dans sa tanière avec dans la tête, plein de ressentiments. Il se moque des cerfs que l’on entend au fond des bois. Ils font la cour à une biche effarouchée et c’est à qui prendra son cœur.

    La fée réveille les oiseaux et les farfadets. Regardez les, tous sérieux, certains ramassent du bois mort tandis que d’autres cueillent des champignons dans leur paniers. Ils sont pressés, la journée ne dure que vingt-quatre heures. Ils ont en charge d’allumer un grand feu et de faire la soupe pour tous et durer jusqu’au printemps. La vie est simple et heureuse, trop justement et cela déplait à la sorcière. Elle déteste les farfadets, les lutins et surtout la fée. De voir ce monde enchanté, la vrille de jalousie derrière sa fenêtre. Ce soir, elle sortira son balai et s’envolera à la recherche de plantes, de champignons pour en faire une mixture empoisonnée ...

    A la lueur de la lune, satisfaite de sa cueillette, la sorcière rend visite sur le retour au renard encore vexé de ne pas avoir pu chasser.

    Sorcière - Oh ! Le renard, j’ai appris que tu n’es pas content.

    Renard - C’est peu de le dire, aucun lapin aujourd’hui et tout ça, à cause de la fée.

    Sorcière - Je sais, je sais, c’est pourquoi, je suis là, tu pourras peut-être m’aider à me débarrasser de cette empêcheuse de tourner en rond.

    Renard - Je veux bien mais je n’ai ni baguette, ni de pouvoirs magiques.

    Sorcière - Moi j’ai, alors si tu veux bien, on monte un plan et on se débarrasse de tous ces idiots.

    Renard - Ok, je suis avec toi

    Le renard s’installe avec sorcière sur le balai et rentrent préparer leur méchanceté.

    Innocents de ce qui se prépare dans l’ombre, la fée, les animaux, les plantes, les lutins, farfadets s’organisent pour passer l’hiver ... Le vent s’est monté mais n’en ont cure, ils ont l’habitude de l’entendre souffler à cette période de l’année. Un vent long et plaintif qui arrache encore et encore les feuilles qui se meurrent au sol...Tout finir avant le lever du jour se disent-ils simplement...


    13 commentaires
  • Fruits d'automne

     

    Les fruits d'autoneL'amande 

    Longtemps cultivée en Chine, l'amande fut introduite dès l'Antiquité en Grèce puis à Rome. Elle est aujourd'hui répandue en Europe méridionale et aux Etats-Unis. L'amande ressemble extérieurement à une noix de forme oblongue, dotée d'un brou mince, coriace et recouvert d'une peau veloutée de couleur verte. A l'intérieur, la partie ligneuse contient une semence blanche, l'amande proprement dite, enveloppée d'une pellicule marron-jaune. L'amande douce a un goût agréable et elle se consomme nature, fraîche ou sèche, mais peut aussi être grillée ou salée pour être grignotée à l'apéritif.

     

    Les fruits d'automneLa châtaigne 

    Le châtaignier pousse à l'état sauvage en Asie Mineure depuis des millénaires. Il fut introduit en Gaule par les légions romaines ; cet arbre est toujours cultivé dans le Midi de la France. La châtaigne se cache à l'intérieur d'une coquille hérissée de piquants (la bogue) et contenant deux ou trois fruits de couleur marron-brun. La récolte s'effectue une fois les fruits tombés de l'arbre. Les châtaignes sont alors mises à sécher avant d'être consommées cuites ou bouillies en accompagnement de plats de viande et de volailles, sous forme de crème oude potage. Les confiseurs se servent également d'une variété de grosse châtaigne pour fabriquer des marrons glacés.

    Les fruits d'autone 

     Le coing

    Venu du Proche-Orient, le cognassier s'est implanté dès l'Antiquité sur les rives de la Méditerranée. Il est aujourd'hui cultivé en Amérique du Nord et en Australie. Le fruit ressemble à une grosse poire jaune, doté d'une chair jaune clair, juteuse et parfumée mais au goût trop acerbe pour être consommée cru. Il en existe trois variétés principales : la "Champion", originaire des Etats-Unis, la "Maliforme", ressemblant à une poire, est cultivée dans le Midi de la France et le coing du Portugal. Le coing se prépare donc plutôt en compote, en gelée ou en pâte de fruits. Il peut également accompagner certaines viandes blanches comme le porc.

     

    Les fruits d'autoneLa figue

    Originaire d'Asie Mineure, le figuier s'est développé dans le bassin méditerranéen ainsi que sur les rives de la mer Noire et Caspienne. Aujourd'hui encore, les figues sont récoltées à 90 % dans cette zone de production "historique". La figue n'est pas le fruit du figuier mais son inflorescence parvenue à maturité. Et s'il existe plusieurs espèces de ficus, seul le ficus carica est comestible. De forme ronde ou oblongue, la figue est enveloppée d'une peau violacée souvent très sombre. Elle est récoltée à sa plaine maturité, avant qu'elle ne se détache des rameaux et ne s'écrase au sol. Elle se consomme fraîche ou séchée.

     

    Les fruits d'autone

    Le kiwi

    Les premiers plants de kiwi furent rapportés de Chine en Europe par un anglais au XIXe siècle. Longtemps considéré comme un fruit exotique, il est aujourd'hui cultivé principalement en Italie et en Nouvelle-Zélande mais aussi en France. Le kiwi est une baie ovale couverte de poils fins, mesurant de 4 à 7 cm de long. Sa peau de couleur jaune-vert enveloppe une pulpe vert-émeraude pourvue de petits grains noirs, juteuse et à la saveur sucrée. Riche en vitamines et en sels minéraux, il est tonique et très énergétique. Une fois arrivé à maturité, la peau du kiwi cède sous la simple pression des doigts. Il se consomme alors frais ou en salade de fruits, mais aussi en accompagnement de viandes blanches ou de poissons.

     

    Les fruits d'automne La noisette

    Présente sur terre dès l'époque tertiaire, la noisette était déjà consommée par les hommes préhistoriques. Son aire naturelle de production est située en Asie Mineure et la Turquie reste toujours le premier producteur mondial de noisettes. La partie comestible de la noisette est en fait la graine qui est enveloppée dans une coque très dure, de couleur marron clair. Très riche en matières grasses, la noisette contient de nombreux oligo-éléments et des vitamines A, B, C et E. La noisette se consomme fraîche ou sèche. Elle est très utilisée dans l'industrie alimentaire : biscuiterie, pâtisserie, confiserie. Pressée, elle donne une huile comestible très appréciée qui est également employée dans l'industrie cosmétique.

     

    Les fruits d'autoneLa noix

    La noix est certainement l'un des plus vieux fruits du monde, une origine attestée par des fossiles datant du crétacé. A l'état sauvage, le noyer s'est répandu des Balkans jusqu'en Chine. Les principaux pays producteurs sont aujourd'hui les Etats-Unis mais aussi la France, l'Italie, la Grèce et la Turquie. La noix est formée d'une enveloppe - un brou - de couleur verte qui noircit une fois arrivé à maturité et d'une coque ligneuse à deux valves qui contient la graine comestible. Récoltée à l'automne, la noix se consomme fraîche, en accompagnement de plats de viande ou de fromages comme le roquefort.

     

    Les fruits d'autoneLe raisin

    La culture de la vigne est connue depuis les temps bibliques : l'Ancien Testament en attribue la découverte à Noé. Elle est aujourd'hui cultivée en Europe mais aussi en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique, en Australie et au Moyen-Orient. Certaines variétés sont utilisées pour la fabrication du vin et d'autres pour être consommées nature, sous forme de raisin de table. Le chasselas, un raisin blanc cultivé en France depuis François 1er, reste la variété la plus répandue dans l'Hexagone. Les différentes variétés de muscat peuvent donner des grains blancs, roses ou noirs. Consommé nature, le raisin peut également être séché et servir alors à la fabrication de pâtisseries ou accompagner de nombreux plats orientaux.

     

    Les fruits d'autoneLa rhubarbe

    La rhubarbe est une plante voisine de l'oseille. Elle est cultivée depuis des siècles dans les potagers occidentaux. La cuisine européenne n'utilise que le pétiole de cette grande herbe vivace. Riches en acide oxalique, les feuilles peuvent en effet être nocives pour les personnes malades des reins. Mais sa richesse en fibres en fait une plante qui facilite le transit intestinal. La rhubarbe est donc surtout employée pour la confection de compote et de confiture.

     

     

     

     


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires